Articles similaires

Nationale

#TITRE

510

Pétrole : Incertitudes sur le marché

28 novembre 2018 | 21:22


Les prix du pétrole étaient stables ce mercredi en cours d’échanges européens, dans un marché incertain avant la réunion de l’Opep et de ses partenaires, prévue la semaine prochaine à Vienne.


Hier matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 60,10 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 11 cents par rapport à la clôture de mardi.


Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 2 cents à 51,52 dollars.


Les prix demeuraient proches de leurs plus bas en un peu plus d’un an, atteints ces derniers jours et "la tendance principale reste toujours baissière", ont estimé les analystes.


"Les investisseurs ont besoin de voir ce que va faire l’Opep avant de rejoindre la mêlée et de pousser les prix plus haut", a ajouté Konstantinos Anthis, analyste.


L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses partenaires, dont fait partie la Russie, se réuniront la semaine prochaine à Vienne pour décider de leur futur niveau de production.


Alors que l’Arabie saoudite, chef de file des membres de l’Opep, milite pour des coupes afin de faire remonter les prix, "Trump tente d’ajouter de la pression" en enjoignant à poursuivre la baisse des prix, ont fait valoir les analystes.


Pour d’autres experts du marché, ce sont désormais les Etats-Unis qui sont les acteurs principaux dans la définition des prix du baril. En plus des pressions exercées par la politique de Trump sur l’Arabie saoudite, les sanctions mitigées contre l’Iran et les exceptions offertes à ses exportations, les fortes croissances constatées dans la production du pétrole de schiste américain, Washington possède également une carte essentielle dans cette configuration, celle de la guerre commerciale qu’elle a déclenchée contre la Chine, un autre puissant consommateur de brut mondial.


Mais avant l’Opep, les investisseurs se tourneront plus tard dans la journée vers les données hebdomadaires sur les réserves américaines publiées par l’Agence américaine d’information sur l’Energie.


Pour la semaine achevée le 23 novembre, les analystes tablent sur une hausse d’un million de barils des stocks de brut, ainsi que de ceux d’essence et sur une baisse de 750 000 barils des stocks de produits distillés, selon la médiane d’un consensus établi par Bloomberg.


Mardi, les chiffres de la fédération professionnelle API ont fait état d’une hausse des stocks de brut de 3,5 millions de barils, un chiffre "inattendu", selon Commerzbank, alors que les analystes s’attendaient à moins.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter