Nationale

#TITRE

278

Impliquer fortement la société civile

10 octobre 2016 | 20:12
Kamel Cheriti

Pour démontrer l’importance des hautes autorités algériennes sur la préservation de l’environnement et du processus du développement économique et social durable, deux ministres et de nombreux experts nationaux et internationaux, dont notamment ceux du Programme des Nations unies pour le développement, PNUD, ainsi que des responsables d’institutions liées à l’environnement, ont participé ce lundi à l’hôtel El Djazaïr à la conférence nationale de présentation de la stratégie et du plan d’actions nationaux de la biodiversité, SPANB, pour une période de long terme, allant de 2016 à 2030. 

Après avoir travaillé de longue date à l’élaboration de cette stratégie, cette année 2016 marque le départ de la mise en œuvre de ce long et très profitable processus pour l’avenir, plein de promesses pour les populations entières ainsi que pour des nouvelles générations.

« Dans l’élaboration du nouveau plan de croissance, nous avons privilégié la stratégie du développement durable et de la protection de l’environnement », a souligné dans son intervention, à l’ouverture de cette rencontre, Abdelkader Ouali, ministre des Ressources en eau et de l’Environnement.

C’est Mme Saïda Laouer, directrice de ce projet, qui a présenté ce processus d’élaboration de cette stratégie et de ses plans d’action. La feuille de route comprend quatre grands axes avec vingt et un objectifs à atteindre, liés par cent treize plans d’action sur le terrain.

Des réunions d’évaluations avec les différents intervenants sont prévues chaque année pour faire le point sur les résultats obtenus avec les correctifs nécessaires. Cette stratégie du développement durable et de la préservation de l’environnement s’avère impérative et vitale pour l’avenir, dans une actualité caractérisée par une surpopulation et une surconsommation excessive.

Ce combat doit être l’affaire de tous et pas seulement la préoccupation des gouvernants. La société civile doit s’impliquer et contribuer à la préservation de l’environnement. Cette société civile est comprise dans son sens le plus large, regroupant les universités, les médias et surtout les associations qui ont une part très active dans la vie de la société.

C’est l’avis des participants à cette importante rencontre, notamment de Ludwig Liagre, expert du Pnud, de Amina Benzekri, directrice générale de l’Observatoire national environnement et développement durable, de Tchachi Ouahid, directeur général du Conservatoire des formations à l’environnement, de Farsi Hamza, directeur de l’environnement à la wilaya de Boumerdès, et aussi de Rolf Dietmar, du programme gouvernance et développement de la Société allemande pour la coopération internationale, Giz.

M. Dietmar fait savoir qu’il mène avec son équipe un processus de développement dans trois wilayas dans l’est du pays pour la promotion de cultures du terroir spécifiquement bio, avec des perspectives d’exportation vers l’Europe. Il en est de même pour Farsi Hamza de Boumerdès, qui se donne pour mission la promotion de l’emploi vert dans sa région.

Au cours de cette rencontre pour la présentation de la stratégie et du plan d’actions nationaux de la biodiversité, il a été aussi question de la préservation et de la sauvegarde des parcs nationaux existants dans les diverses régions du territoire.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter