Articles similaires

Opinions

#TITRE

1344

Il suffit d’y croire et... travailler

22 décembre 2018 | 17:55
Aziri Mohamed Nazim Aziri


Le commentaireL’Algérie regorge de ressources en dehors des énergies fossiles dont elle dispose abondamment. Du phosphate à l’huile d’argan, en passant par le pistachier lentisque, la terre algérienne, très rare, dans certaines régions, offre des possibilités illimitées pour confirmer la suprématie de son produit de qualité et sa géographie hautement stratégique dans la région et le reste du monde. Car au moment où les prix du pétrole, dont dépend étroitement l’économie, replongent pour attiser nos craintes et redoubler nos angoisses, l’exportation de produits hors hydrocarbure s’impose comme une priorité nationale. L’objectif est d’inverser la tendance et passer du statut de consommateur compulsif à celui de producteur et d’exportateur. En des termes plus simples : penser à gagner de l’argent et non pas le dépenser. D’ailleurs, gaspiller de l’argent, l’Algérie l’a suffisamment fait ces dernières années.
La volonté des pouvoirs publics pour remédier à cette situation est perceptible ces dernières années ; elle est confirmée çà et là par des déclarations intéressantes et porteuses d’espoir pour un pays qui a largement les possibilités de produire une croissance à deux chiffres sans recourir aux ressources fossiles.


Mais encore faut-il y croire, travailler et surtout encourager les gens à le faire. Il faut cependant admettre que dans cette optique, la responsabilité n’incombe pas uniquement à l’État, même si, sur le plan central et local, les gestionnaires et autres décideurs, à travers leurs missions régaliennes, jouent un rôle de premier plan. Le citoyen doit, lui aussi, renouer avec le travail et le sacrifice, nonobstant les obstacles physiques et moraux qui se dressent devant lui et qu’il doit affronter avec l’esprit du winer imperturbable. Car il est à la fois inconcevable et paradoxal de constater qu’en Algérie, des travailleurs de différentes nationalités peuplent nos chantiers et nos champs pour gagner leur vie alors que des jeunes Algériens, se plaignant du manque de travail, vont braver les terribles houles hivernales de la Méditerranée, à la recherche d’un avenir incertain sur une terre européenne qui dit non à l’étranger. Une terre qui, malheureusement, fait aussi de cet homme et cette femme venus du Sud un genre littéraire nouvellement créé pour inspirer scandaleusement les écrits, généreusement rémunérés de l’autre côté, de nos intellectuels voués au culte du déni de soi.
L’État a certes une responsabilité dans la promotion de l’Algérien et son produit, mais quelle est aussi la responsabilité de ceux qui font du désespoir un fonds de commerce pour des calculs politiques, dont se passerait volontiers une jeunesse en qu’être de vie et qui ne croit être plus au discours démoralisateur et défaitiste d’une classe politique dite d’opposition ? 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter