Nationale

#TITRE

297

Houda Imane Faraoun exclut la privatisation d’Algérie Télécom et de Mobilis

21 janvier 2018 | 21:09
Lynda Louifi

Le projet de loi relatif aux communications électroniques et celui relatif au commerce électronique seront votés « dans trois semaines », a annoncé, hier la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Imane Houda Faraoun.

S’exprimant hier sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, la ministre a expliqué avoir demandé le report du vote sur ce projet de loi à cause de l’absentéisme des députés, notamment en fin d’année. Mme Faraoun a fait savoir que le premier projet de loi concernant les règles générales de la poste et des communications électroniques a été présenté, discuté en commission et débattu en plénière. Il devait être présenté en plénière pour le vote à la fin du mois de décembre dernier. S’agissant de l’ouverture du capital d’Algérie Télécom (AT) et de Mobilis, Mme Faraoun a tenu à affirmer que la privatisation des deux entreprises est « définitivement exclue », soulignant la hausse des chiffres d’affaires de ces dernières grâce aux bénéfices réalisés en 2017. « L’ouverture du capital d’Algérie Télécom et de Mobilis n’est pas à l’ordre du jour et est définitivement exclue car ces opérateurs de télécommunication publics sont des entreprises bénéficiaires et rentables. Par contre, il est question de partenariat public-privé s’agissant de plusieurs services », a déclaré la ministre. Grâce au management de ces entreprises, leurs chiffres d’affaires augmentent de plus en plus, a-t-elle expliqué, notant que s’agissant d’AT, la hausse a été réalisée en dépit des pertes occasionnées par la suppression des lignes défaillantes. Précisant ne pas pouvoir dévoiler le bilan chiffré d’AT, celui-ci n’étant pas encore certifié, elle a révélé, en revanche, que Mobilis a réalisé 18 milliards de DA de bénéfices nets en 2017 contre 14 milliards de DA en 2016 et un chiffre d’affaires qui est passé de 122 à 126 milliards de DA durant la même période. Quant au projet de loi relatif au commerce électronique, il sera débattu à l’APN « probablement cette semaine ou la semaine prochaine, en fonction de l’agenda du Parlement », a affirmé Mme Faraoun. Cette nouvelle loi, qui devra « encadrer globalement le commerce électronique », assurera, selon la ministre, un « cadre de confiance au citoyen » et permettra de protéger aussi bien les clients que les commerçants qui « ne sont pas protégés en l’absence d’un cadre légal et réglementaire ». S’agissant de la mise en place du e-paiement prévu par cette loi, celui-ci nécessitera l’équipement des commerçants en TPE, lesquels ne sont pas encore suffisamment disponibles sur le marché algérien. « C’est un produit qui n’a jamais existé en Algérie. Si l’on veut qu’il entre sur le marché, il faut faire les bons choix », a affirmé Mme Faraoun, qui a précisé que l’achat des terminaux de paiement électronique (TPE) incombe aux commerçants et non aux banques. S’agissant de l’autre filiale, Algérie Télécom Satellite (ATS), Mme Faraoun s’est félicitée que celle-ci ait réalisé une prouesse exceptionnelle avec un bénéfice net de plus d’un milliard de DA en 2017 alors qu’elle n’en était qu’à quelques millions de dinars à ses débuts, soit une

hausse de 9500%. Elle a affiché le même satisfecit quant aux performances d’Algérie Poste qui a réalisé, de son côté, une hausse de plus de 53% de ses résultats en 2017, avec plus de 10,5 milliards de DA de bénéfices nets contre près de 8 milliards de DA en 2016. Des gains qui seront investis pour l’amélioration des prestations de services et l’acquisition de nouveaux équipements technologiques, a-t-elle observé. Elle s’est réjouie, par ailleurs, du fait que la contrainte du manque de liquidités soit résolue depuis une année et que les guichets soient mieux tenus, reconnaissant toutefois la persistance des problèmes liés au manque de personnel dans les guichets et celui des facteurs, lesquels devront être pris en charge dans le cadre d’un plan de recrutement massif élaboré pour l’année en cours. La ministre a fait savoir, par ailleurs, qu’un cahier des charges a été préparé par AP (seuls les fabricants pourront soumissionner) pour l’acquisition d’au moins 10 000 et un maximum de 50 000 TPE, espérant que l’appel d’offres lancé intéressera quelques fabricants internationaux, dont elle dira qu’une fois installés en Algérie, ils travailleront avec les entreprises locales pour que ces dernières arrivent à produire elles-mêmes ces appareils, et ce dans le cadre du montage dans un premier temps. Abordant l’acquisition par l’Algérie d’un 2e câble sous-marin, elle a affirmé qu’une fois celui-ci déployé, Internet partira de l’Afrique vers l’Europe et non l’inverse, comme cela se fait depuis toujours, se félicitant que, pour la première fois, un pays africain ait réussi à assurer ce type de raccordement. Interpellée enfin sur les moyens de contrôle d’utilisation d’Internet par les enfants, la ministre a lancé un appel à l’adresse des parents dans ce sens, considérant que la surveillance de cette frange d’usagers de cette technologie doit être avant tout « humaine ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter