Articles similaires

Nationale

#TITRE

296

Hirak acte 23 : les constantinois contre le monologue du pouvoir

26 juillet 2019 | 20:00
Hirak De Constantine, Amine B.



Bien que partagés entre partisans et opposants à la composante du comité chargé d’entamer le dialogue, les Constantinois ont été nombreux à manifester leur colère face à ce qu’ils ont qualifié de monologue du pouvoir.
« Le pouvoir s’en tient à une démarche où il est chef d’orchestre et musicien et même l’unique exécutant de la partition qu’il veut composer seul », pour reprendre les propos d’un artiste qui poursuit : « Ils ne veulent pas lâcher prise et cherchent à régénérer le clan par n’importe quel moyen ; nous persistons : Yetnehaw gaâ yaani yetnahaw gaâ », a-t-il lancé en substance.
Sous un soleil de plomb, ils étaient des milliers à battre le pavé pour le 23e vendredi.
Contrairement aux précédents week-ends, lorsque la sortie de la prière hebdomadaire donnait le tempo, ce n’est qu’à partir de 15 heures que la masse citoyenne a commencé à prendre forme à hauteur du palais de la Culture Mohamed-Laid Al-Khalifa, avant que le rituel parcours entre les deux principales artères du centre de la cité, l’avenue Belouizdad et la rue Abane-Ramdane en l’occurrence, ne soit entamé par la foule peu nombreuse comparativement à celles des vendredis précédents, mais suffisamment engagée pour dénoncer ce qu’ils qualifient « de tentatives de maintenir la issaba »
D’aucuns refusent à imputer cette perte de vitesse à un déclin de la protesta, et avancent surtout la chaleur -le thermomètre a affiché 43 degrés hier-. D’ordinaire, pareilles conditions météorologiques imposaient aux habitants de la cité perchée à chercher la fraîcheur chez soi. Aussi, la tentation de se rafraîchir en mer n’est pas en reste, la journée coïncidant avec le week-end synonyme pour nombre de travailleurs d’escapade au bord de l’eau. 
Et, pourtant, ils étaient des milliers d’hommes, femmes et quelques enfants à braver dame nature refusant d’abdiquer au « magouilles » d’en haut
« La hiwar, la hiwar wel issaba fi l’pouvoir » (Pas de dialogue avec le même clan au pouvoir) ou encore, « Dawla madanya machi askarya », « Echaab la yourid houkm el askar min djadid » ( le peuple ne veut pas de nouveau du pouvoir militaire)
Une cinquantaine de manifestants ont par ailleurs innové en hissant autant de drapeaux collés les uns aux autres sur les quels étaient inscrits les noms des 48 wilayas, une manière de rappeler que l’Algérie est une et indivisible.
De Constantine, Amine B.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter