Nationale

#TITRE

230

Hasbellaoui en pour parlers avec les pharmaciens

9 juillet 2017 | 21:07
M. D.

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, a reçu hier au siège de son département le président du Conseil national de l’ordre des pharmaciens, Lotfi Benbahmad, et le président du Syndicat national des pharmaciens d’officine (SNAPO), Messaoud Belambri afin de passer en revue les attentes de cette corporation.

Selon un communiqué du ministère, cet entretien entre dans le cadre du « cycle de rencontres de prise de contact du ministre avec l’ensemble des partenaires sociaux ».

Cette entrevue a « permis d’aborder les grandes lignes de la politique pharmaceutique relatives notamment aux services de santé et à l’éducation thérapeutique à l’indicatif du pharmacien d’officine, à la professionnalisation du secteur de la distribution des produits pharmaceutiques et à l’amélioration et au renforcement de l’encadrement en pharmaciens à tous les niveaux de la chaine des produits pharmaceutiques », ajoute la même source.

D’autre part, le ministre a reçu, dans le même cadre, une délégation du SNAPO, conduite par son président, Messaoud Belambri. Cette rencontre « a été l’occasion de réaffirmer l’importance du dialogue responsable à tous les niveaux dans le cadre du renforcement et de l’amélioration des capacités de prise en charge de la santé publique », souligne le ministère.

A cet effet, « les questions relatives au renforcement du rôle du pharmacien d’officine ont été abordées dans la mesure où ce dernier joue véritablement le rôle d’auxiliaire des pouvoirs publics dans la chaine des soins », relève la même source. Rappelons que le SNAPO avait menacé de lancer une grève générale le 12 juillet prochain revendiquant notamment de meilleurs rapports avec la CNAS.

Le Syndicat avait fait savoir le 2 juillet dernier dans un communiqué que « le bureau national réuni en session extraordinaire le 1er juillet 2017 à Alger a décidé de recourir à une grève nationale le 12 juillet 2017 de 08h00 à 13h00, avec fermeture totale des officines ».

La raison de ce débrayage est le bras de fer qui oppose, depuis plusieurs semaines, le Snapo et les deux organismes de sécurité sociale, la Casnos et la Cnas qui ont décidé de supprimer la majoration de la marge bénéficiaire des officines sur la vente des médicaments génériques. Le syndicat affirme que cette mesure affaiblira les pharmaciens d’officine et portera un coup à la production du médicament en Algérie. 

« La réunion organisée avec la sécurité sociale le 02 juillet 2017 et qui vient de se terminer, n’a apporté aucun résultat d’où le recours à cette opération de protestation », a affirmé l’organisation syndicale. Initié en 2011, le système de majoration est venu en soutien à la production locale de médicaments et de produits génériques.

Concrètement, le prix final du médicament intègre une majoration de 10% pour chaque produit générique commercialisé et une autre de 10% pour chaque produit fabriqué en Algérie.

Les pharmaciens d’officine qui devaient favoriser le médicament fabriqué localement auprès de leurs clients, contribuaient entre autres à stimuler la consommation de médicaments génériques moins coûteux et à faire reculer les faux préjugés quant à la qualité prétendument moindre de ces derniers par rapport aux médicaments princeps.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter