Articles similaires

Nationale

#TITRE

389

Haraga : L’encouragement de l’emploi seul rempart

5 décembre 2018 | 20:44
haraga Lynda Louifi


Les migrants subsahariens transitant par l’Algérie ces dernières années et les opérations de rapatriement initiées par les pouvoirs publics ont focalisé toute l’attention des médias locaux et internationaux, mais qui devrait aussi être préoccupée par le phénomène des « harraga », qui reprend de plus belle ces dernières semaines.


Phénomène ayant pris beaucoup d’ampleur en raison de crises politiques, économiques et sociales. Le problème des « harraga » nécessite une grande volonté politique afin de pouvoir lutter contre. Le président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme (CNCPPDH), Maître Farouk Ksentini, a remis en cause cette envie de partir ailleurs, qui est en grande partie nourrie, notamment chez les jeunes, par la pauvreté, le chômage, le désespoir, la mauvaise gouvernance, qui sont généralement les causes de l’émigration clandestine. S’exprimant, hier lors du Forum d’El mihwar El Yaoumi, consacré au phénomène, Maître Ksentini se désole du fait que les jeunes aujourd’hui sont convaincus qu’ils n’ont pas d’avenir dans leur pays frappé par une crise socioéconomique. « Ces derniers sont désespérés et l’émigration pour eux est une dernière alternative.


Ce qui est faut. Il faux que nos jeunes soient conscients de la situation réelle dans les pays d’accueil et du danger de l’aventure en mer », a-t-il souligné. De ce fait, il interpelle l’Etat à chercher les solutions et les moyens permettant de contrecarrer le phénomène. « L’État devrait adopter des politiques efficaces à même de retenir ces jeunes en leur permettant de jouir de véritables opportunités économiques sur place », a-t-il suggéré. Selon lui, l’emploi est la seule issue, notamment en encourageant la production nationale qui permet à chacun de profiter des richesses du pays. Il plaide pour le lancement d’une campagne de sensibilisation au profit de ces jeunes et de tenter de les dissuader par tous les moyens pour renoncer à cette pratique.


Les réseaux sociaux et les chaînes de TV encourage


Maître Ksentini a expliqué que le phénomène est alimenté par le désespoir notamment avec la crise économique que vit l’Algérie. « Les jeunes n’espèrent plus trouver du travail avec la dégradation du cadre de vie et le recul du pouvoir d’achat », a-t-il indiqué. Il a mis en garde contre les réseaux sociaux et les chaînes de TV qui publient des photos de harraga qui ont réussi à arriver en Europe. Ces faits ne font qu’encourager les jeunes. Pour sa part, le professeur Abdelkrim Hamzaoui, chercheur et enseignant universitaire, a indiqué que les jeunes algériens sont « manipulés » par des informations erronées sur la situation en Europe. « La situation en Algérie n’est pas aussi alarmante, même avec la crise actuelle, qui est plus grave en Europe. Le pouvoir d’achat s’est amélioré ces dernières années et il est de beaucoup meilleur qu’à l’étranger.


Je parle sur la base d’études et recherches. Il y a un malaise social et économique dans ces pays de « rêve » pour nos jeunes qui, à mon avis, fuient leur responsabilité dans la contribution du développement de leur pays ». Le sociologue a précisé qu’il n’y a pas de chômage en Algérie au vrai sens du mot ; « il y a un « non- travail », pour preuve, le manque flagrant des petits métiers. Il faut que nos jeunes soient conscients de la situation réelle dans les pays d’accueil et du danger de l’aventure en mer », a-t-il conclu.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter