Articles similaires

Nationale

#TITRE

756

Gaïd Salah à Béchar pour superviser des exercices tactiques

9 septembre 2018 | 20:22

Le général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, Chef d’Etat-Major de l’ANP, effectue à partir d’aujourd’hui une visite de travail et d’inspection de trois jours à la 3e Région militaire à Béchar, indique hier le ministère de la Défense nationale dans un communiqué.

Lors de cette visite, le général de Corps d’Armée supervisera l’exécution d’exercices tactiques avec munitions réelles au niveau des trois secteurs opérationnels. Il tiendra également des réunions d’orientation avec les cadres et les personnels des unités de la 3e Région militaire qui régit tout le territoire du sud algérien allant jusqu’à Illizi, proche de la frontière libyenne. Ce déplacement coïncide avec les menaces proférées par le maréchal libyen Haftar qui accuse l’armée algérienne d’incursion sur le territoire libyen et menace, par la même occasion, l’Algérie de représailles : « L’armée algérienne profite de l’état de guerre en Libye pour faire des incursions sur son sol. J’ai dépêché le général Abdelkrim à Alger pour protester auprès des autorités algériennes et leur signifier que ce genre de pratique n’est pas fraternel », dit-il. Haftar affirme qu’il « a été informé par les autorités algériennes que ces incursions sont des cas individuels et isolés auxquels elles mettront fin ». Les terroristes chassés des zones Nord de la Libye ont trouvé refuge aux frontières avec l’Algérie.

Depuis quelque temps de véritables camps de regroupement de terroristes, pourchassés par les forces armées libyennes, notamment celles que dirige le général Haftar, ont élu domicile sur la bande frontalière algéro-libyenne. Les terroristes qui ont fui le feu des forces loyalistes libyennes se sont réfugiés dans la région de Ghat, ville voisine de Djanet, dans l’extrême sud-est de l’Algérie.

Le regroupement en question se serait fait d’une manière progressive. Ils seraient des centaines à se réfugier dans la région de Ghat et auraient érigé de campements. Les autorités algériennes, notamment sécuritaires, ont été informées de tous ces développements par leurs propres réseaux de renseignements, notamment des nomades et leurs homologues libyennes. L’essentiel des terroristes regroupés dans cette zone est affilié au groupe armé terroriste El-Mourabitoune, auteur de l’attaque de Tiguentourine en janvier 2013. Deux groupes d’Etats se disputent le contrôle en Libye.

Il y a d’un côté les Etats lointains comme le Qatar et la Turquie à travers l’appui aux islamistes, et les Emirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite qui soutiennent le général Haftar. Il y a, de l’autre côté, les Etats du voisinage, comme l’Algérie et l’Egypte et dans une moindre mesure la Tunisie qui, pour assurer leur sécurité interne, ont le droit d’intervenir dans le but de stabiliser la Libye. La Libye, où pullulent les camps d’entraînement pour les djihadistes, est devenue un pays exportateur de terroristes vers la Syrie et l’Irak, et aussi un pays de trafic d’armes. Elle constitue un « non-Etat » menaçant la stabilité de l’ensemble de la région. L’Algérie, qui a cruellement souffert du terrorisme durant les années 1990, a formellement refusé toute intervention en Syrie et en Libye. L’Algérie, qui multiplie les appels au dialogue, dérange certains Etats qui refusent toute issue politique à la crise qui dure depuis plus de cinq ans.

Des tribus libyennes ont assuré qu’ellesacceptaient de participer au dialogue inclusif interlibyen auquel a appelé l’Algérie. Des parties hostiles à l’Algérie tentent d’influencer le maréchal Haftar pour qu’il mette hors circuit la diplomatie algérienne, qui prône un dialogue sans exclusive.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter