Monde

#TITRE

540

« Front al-Nosra contre toute la Syrie »

16 juillet 2016 | 18:32
R. I.

La tête du front al-Nosra en échange de l’exclusion aérienne imposée à l’aviation militaire syrienne : telle semble être à première vue l’essence de la proposition américaine faite par la voix du secrétaire d’Etat John Kerry au président russe Vladimir Poutine, dans la soirée de jeudi.

Selon le quotidien libanais assafir, alors que Moscou s’attelle depuis plusieurs mois pour persuader les Américains de renoncer à la branche d’Al-Qaïda en Syrie, ces derniers lui ont suggéré de clouer au sol les bombardiers et les hélicoptères syriens et d’interdire leur utilisation sauf dans les cas exceptionnels.

La proposition américaine qui s’est étalée dans un document de 8 pages n’a pas manqué d’être escortée par des menaces latentes.

Le responsable américain a réitéré de nouveau qu’au cas où les pourparlers échouent, Washington aura à suivre une nouvelle approche « car la patience des Américains n’est pas sans limite pour qu’ils consacrent entièrement leur temps à une opération diplomatique qui n’apporte pas les résultats escomptés ».

Le plan américain stipule la création d’une cellule d’opération conjointe américano-russe en Jordanie, comprenant des experts militaires, des membres des services de renseignements des deux pays, et des traducteurs.

Mais l’essentiel dans la suggestion américaine est de délimiter les régions qui localisent une présence intense du front al-Nosra et de Daesh, et de les démarquer des autres zones où leur présence est éparse, là où leurs effectifs ne dépassent pas les 50.

Elle exclut des frappes contre les quartiers généraux du Nosra qui se trouvent au coté de ceux des autres groupuscules. Et quand bien même leurs positions devaient être bombardées, un accord au préalable devrait être conclu, au moins 24 heures avant la date fixée. Sauf si c’est le front al-Nosra qui lance l’assaut. Mais là-aussi, il faut en informer la Force d’exécution conjointe (FEC), un jour à l’avance.

Dans ce cas, l’armée syrienne n’aura le droit que de bombarder le front al-Nosra dans les zones qu’il vient de conquérir et non pas ses bases arrières. L’aviation russe peut dans ce cas venir en aide aux Syriens.

En fonction du papier américain, devraient être mises en place des mécanismes de surveillance et d’imposition du cessez-le-feu à l’armée syrienne et à ses activités aériennes au dessus des zones déterminées.

Les deux protagonistes auraient à collecter des renseignements sur toutes ses activités : ses effectifs, ses formations, et de l’obliger à présenter quotidiennement toutes les informations liées aux changements introduits dans le déploiement de ses appareils. Un mécanisme devrait aussi être conclu conjointement pour l’obliger à garder ses avions au sol.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter