Articles similaires

Culture

#TITRE

538

’’Finitude" un roman qui n’impose pas de fin

27 août 2014 | 02:24


Finitude ou la haine de soi, de Mohand-Lyazid Chibout alias Iris, est une histoire qui se déroule à Vgayet (Béjaïa). Le personnage principal du roman Tilelli, synonyme de liberté, cherche un semblant de cohérence entre elle et le monde qui l’entoure. Elle décide de fuir ces lieux qui deviennent pesants et etouffants pour aller s’installer chez une vieille connaissance sur le visage de laquelle le temps à dessiné des rides.
Le destin l’amène à croiser le chemin d’un journaliste, Massinissa, venu d’Alger faire quelques reportages sur la Kabylie. Et la commence une virée sans fin vers la "finitude", celle de la quête de soi avec quelque peu une haine de soi qui n’est pas celui qu’on voudrait qu’il soit. Le roman n’impose pas fin. Il laisse ouverte la porte des questionnements, sans reponses vraies parfois, ce qui nous laisse sur notre faim.


L’auteur est mathématicien de formation qui s’oriente vers le journalisme et la littérature française à Alger. Il se dirige ensuite vers l’enseignement et le journalisme à Béjaïa sa ville natale.
Il obtient un master de lettres modernes à l’université de Nice – Sophia Antipolis – et la Sorbonne Nouvelle – Paris III. Installé à Paris, il est l’auteur de Traduire un silence et de Amoureux-nés, parus respectivement aux Éditions Sefraber et Édilivre.


Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter