Nationale

#TITRE

453

Fermeture des églises : Le ministre des Affaires religieuses calme le jeu

27 octobre 2019 | 19:43
Hocine Adryen

Le ministre des Affaires religieuses, Youcef Belmahdi, a appelé ce dimanche les responsables du culte chrétien à s’adresser au ministère de l’Intérieur afin d’obtenir « les autorisations nécessaires pour l’ouverture des églises et aussi auprès du ministère de l’Habitat pour la construction de nouvelles églises ». Le ministre a également indiqué que les citoyens non musulmans « ont le droit de pratiquer leur culte sous réserve qu’ils le fassent dans des endroits autorisés par la règlementation ».

En décembre 2018, l’ex-ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, avait rappelé que la liberté de culte est garantie par la Constitution, mais affirmé que l’EPA « ne respecte pas » les lois algériennes : « La voix de l’Église protestante (d’Algérie) sera entendue lorsqu’elle aura officialisé sa situation administrative », avait-il ajouté, assurant que la commission des cultes n’avait reçu « aucune demande de l’Église protestante d’Algérie, contrairement aux Églises catholique et anglicane ». Les services de sécurité ont procédé il y a une dizaine de jours à la fermeture de douze églises protestantes sur la base d’une décision administrative des autorités des wilayas de Tizi-Ouzou et de Bejaia. Parmi elles figure l’église du plein évangile, située en plein centre de Tizi-Ouzou et considérée comme la plus grande d’Algérie. Plusieurs milliers de fidèles se retrouvent privés de leur lieu de culte depuis fin 2017, alors que les autorités algériennes ont engagé des visites d’inspections dans toutes les églises de l’EPA. Ces comités demandent notamment aux églises leur agrément les reconnaissant comme lieux de cultes (jamais fournis par la commission compétente).

L’EPA estime, dans son communiqué du 17 septembre 2019, que le seuil de l’intolérable a été franchi. Elle note que malgré les manifestations et les changements qui ont lieu actuellement dans le pays, les églises sont toujours ciblées et les chrétiens persécutés. Elle appelle les autorités du pays à garantir les droits fondamentaux (notamment le droit d’association et de se réunir pour un culte) de tous les citoyens algériens et à procéder à la levée des scellés d’églises. À cela s’ajoutent des convocations régulières de responsables d’églises au commissariat ou devant le juge, ou des condamnations à des fortes amendes pour « prosélytisme ». Notons que les autorités algériennes refusent de renouveler leur reconnaissance légale de l’EPA malgré des démarches répétées. Les églises fermées sont, pour la totalité, protestantes. Pour motiver leur décision, les autorités invoquent le non-respect de la loi de 2006 règlementant la pratique des cultes autres que l’islam.

De leur côté, l’église protestante d’Algérie et plusieurs associations des droits de l’homme ont condamné ce qu’elles ont qualifié de harcèlement contre les chrétiens. Les églises fermées à ce jour sont l’église d’Ighzer Amokrane (Bejaïa), l’église de Boghni et l’église de Tigzirt en septembre 2019, deux églises à Boudjima en mai puis août 2019 (Tizi-Ouzou), l’église d’Azhagar en octobre 2018 (Bejaïa) l’église de Riki en juin 2018 (Bejaïa) ; l’église de Ait-Mellikeche (Bejaïa) et l’église de Maaktas (Tizi-Ouzou) en plus des trois églises de la wilaya d’Oran,rouvertes en juin 2018 suite à la pression internationale.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter