Nationale

#TITRE

217

Femwise-Afrique : Une formation de médiatrices à partir de 2018

15 décembre 2017 | 21:34
Amine B.

Nombreux sont les problèmes auxquels sont confrontés les pays africains sur lesquels s’est penché le groupe de travail du réseau Femwise-Africa.

En marge de la tenue de sa première assemblée générale mercredi et jeudi à Constantine, les participantes à ce rendez-vous se sont penchées entre autres sur la nécessité de réaliser le déploiement de femmes du réseau dans les pays en crise notamment dans les pays du Sahel.

L’identification des « projets » à « impact rapide » afin d’apporter la solidarité souhaitée a ainsi été mise en avant par le groupe de travail, dans le but d’améliorer le quotidien, souvent pénible, des populations locales.

Les recommandations lues en présence de la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme, Mme Ghania Eddalia, ont mis l’accent aussi sur la nécessité de lancer, dès 2018, la formation des femmes médiatrices devant cibler dans un premier temps une centaine de femmes africaines avec l’objectif d’atteindre les 500 femmes médiatrices d’ici à 2020.

La mise en place de sections locales de Femwise a été également suggérée par les participantes africaines au rendez-vous abrité par l’hôtel Marriott.

Des mesures concrètes basées sur le principe de partenariats social et économique seront mises en œuvre pour permettre à ce regroupement de femme africaines (FemWise-Africa) d’entreprendre des initiatives dans le cadre de la prévention des conflits et de la médiation, a par ailleurs souligné Smail Chergui, précisant que des missions spéciales dans les pays en crise notamment seront effectuées pour mener des actions visant la consolidation de la médiation dans les régions frontalières.

Le réseau de femmes médiatrices, a pour mission de participer au règlement des conflits, notamment armés, en Afrique.
Il s’agit d’une initiative lancée en décembre 2016 par une cinquantaine de femmes africaines issues de divers horizons
politique, associatif et universitaire.

Co-organisée par l’Algérie et l’Union Africaine (UA), la réunion de Constantine dont les travaux se sont tenus à huis clos est organisée dans la cadre de la mise en œuvre des recommandations formulées lors de la première réunion de Constantine, tenue en décembre 2016 et entérinées par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UA en juillet 2017 et qui appellent, notamment, à institutionnaliser la place et le rôle des femmes dans les négociations de paix.

vérifier les droits d’écriture


Si votre navigateur n’est pas redirigé, cliquez ici pour continuer.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter