Articles similaires

Nationale

#TITRE

332

Fabrication locale d’un médicament contre l’hypertension

14 janvier 2019 | 21:41
Santé Lilia Ait Akli


L’entreprise pharmaceutique allemande Boehringer Ingelheim envisage de mettre en production 70% de son portefeuille de traitements dans le cadre de ses projets en Algérie d’ici 2024. C’est ce qu’a annoncé hier Bachir Batel directeur général et responsable de la division Humain pharma chez Boehringer Ingelheim en Afrique du Nord et de l’Ouest, lors d’une conférence de presse annonçant le partenariat de la compagnie avec Abdi Ibrahim Remede Pharma.


Les deux sociétés s’engagent dans des projets d’expansion et de modernisation en Algérie dans le domaine pharmaceutique. Ainsi, ce nouveau partenariat vise à mettre en place la production d’un médicament clé contre l’hypertension en Algérie.


Le partenariat débutera avec la production en Algérie du médicament innovant de Boehringer, l’une des principales sociétés pharmaceutiques mondiales, pour le traitement de l’hypertension artérielle. Une maladie qui est en expansion en Algérie, touchant près de la moitié des Algériens adultes, soit 44%, une situation qui fait augmenter la demande de traitement. C’est dans ce sens que Batel a indiqué que « les investissements accrus en Algérie de la compagnie et les programmes de partenariat en Algérie constituent une réponse directe pour pallier les besoins de santé critiques liés à l’augmentation de l’hypertension chez les Algériens ».
La production du médicament, dit-on, commencera immédiatement après l’achèvement du transfert de technologie nécessaire, du fait que la fabrication du médicament contre l’hypertension nécessitera des technologies de pointe.


Cela fait que le premier pack de médicaments contre l’hypertension fabriqué en Algérie sortira au deuxième trimestre 2021, pour un investissement total de 20 millions d’euros. Pour le docteur Bachir Batel, « le partenariat de fabrication locale est une plateforme pour nous afin de soutenir l’objectif national d’accroître l’autosuffisance et de créer des emplois locaux ». Le but étant également, dit-il, « de faire de l’Algérie un centre de production et un centre d’excellence en soins de santé ».
Ce projet, ajoute-t-il, sera suivi par un autre projet de production du portefeuille de traitement du diabète de type 2, qui débutera au deuxième trimestre 2019 et sera disponible sur le marché au deuxième trimestre 2023. Il a par ailleurs indiqué que la société s’est engagée dans une mission visant à répondre aux besoins médicaux non satisfaits des patients algériens.


Cela en augmentant la disponibilité de médicaments essentiels sur le marché algérien par le biais de nombreuses initiatives, notamment la production locale, réduisant ainsi l’importation. Il y a lieu de rappeler que cet objectif est celui recherché par les autorités algériennes, sachant que la facture d’importation de médicaments est très élevée.
Pour les huit premiers mois de l’année 2018, elle s’est élevée à 1, 474 milliard de dollars. Pire encore, les patients souffrent souvent de l’indisponibilité de certains médicaments, nécessaires à leur survie.


De leur côté, le docteur Mohamed Lamine Bousteila, cofondateur et membre du conseil d’administration et Abdi Ibrahim Remede Pharma, estiment que ce partenariat renforce l’engagement de l’entreprise à élargir une gamme innovante de médicaments afin de contribuer au développement de l’économie locale, ainsi qu’à l’expansion du secteur pharmaceutique, outre la mise à la disposition des patients les solutions thérapeutiques de choix.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter