Articles similaires

Nationale

#TITRE

334

Entrepreneuriat féminin : Les contraintes socioculturelles, un véritable handicap

2 décembre 2018 | 02:55
Algérie Lynda Louifi


Désormais, l’entrepreneuriat féminin est un réservoir de croissance. Aujourd’hui, la participation de la femme entrepreneur en Algérie est très faible. En matière de création d’entreprises elle ne représente que 17%.
C’est du moins ce qu’a indiqué Fatiha Rachdi, présidente de la Global Entrepreneurship Network Algérie (GEN Algérie), lors de la célébration de la Journée mondiale de l’entrepreneuriat féminin (WED), organisée à la wilaya d’Alger.
L’interlocutrice a fait savoir que « depuis 2010 la croissance de l’entrepreneuriat féminin en Algérie est de 18% annuellement. Cependant, la participation de la femme dans la création d’entreprises est de 17% seulement ».
Mme Rachdi a relevé cependant que plusieurs contraintes socioculturelles freinent aujourd’hui les femmes dans la création de leurs propres affaires. Une table ronde intitulée « Le leadership féminin est une réalité » a été organisée lors de cette journée, permettant de donner la parole aux femmes entrepreneurs afin de présenter leur business, leur parcours et leur expérience de managers. Tout en insistant sur la nécessité d’augmenter le nombre de femmes entrepreneurs, cela à travers l’organisation de campagnes de sensibilisation, de tables rondes et de séminaires. Pour sa part, l’ambassadrice de Women’s entrepreneurship day Algérie a indiqué que « les femmes représentent la moitié des forces vives de notre pays. Il est donc normal et logique qu’elles participent aussi à la dynamisation de notre économie hors hydrocarbures ». Elle estime que les blocages à l’entrepreneuriat féminin exitent déjà au niveau des universités. « Je suis issue de HEC Alger. Quand je vais à la rencontre de ces étudiantes en fin de cycle à l’université, je me rends vite compte qu’elles ne se projettent pas dans l’entrepreneuriat ». « Elles veulent minimiser les risques et aspirent à des postes dans des entreprises publiques. La peur de l’échec et le poids de la société les empêchent de penser à une carrière entrepreneuriale », déplore-t-elle. Leïla Akli appelle à faire de la sensibilisation dans les universités. Elle estime qu’il est nécessaire aujourd’hui d’informer ces jeunes femmes des opportunités existantes. Les participantes ont aussi pointé du doigt le manque de volonté chez la gent féminine pour franchir le monde de l’entrepreneuriat. « Aujourd’hui, l’environnement économique est favorable à la création d’entreprises. Il est facile d’obtenir un registre du commerce, le cadre juridique existe et les crédits bancaires aussi. Mais parfois la volonté n’y est pas. Ces femmes ont parfois peur de s’imposer dans un secteur patriarcal », précise Hind Benghanem, organisatrice du Symposium international sur le translogique, le transit et l’entreposage de marchandises. Il est à rappeler que comme dans 144 autres pays du monde, la Journée mondiale de l’entrepreneuriat féminin (WED) a été célébrée en Algérie. Pour cette nouvelle édition, une rencontre a été organisée au siège de la wilaya d’Alger. Permettant ainsi à des femmes chefs d’entreprise de s’inspirer de leurs expériences et de définir les contraintes liées à la création d’entreprises par les Algériennes. Depuis sa création en 2014, l’objectif premier de la Journée mondiale de l’entrepreneuriat féminin (Women’s entrepreneurship day) est d’encourager les femmes à travers le monde. Et aussi de les inciter à participer activement au développement économique de leur pays.
 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter