Nationale

#TITRE

352

Un gouvernement de continuité

26 mai 2017 | 20:34
Hocine Adryen


Abdelmadjid Tebboune, nommé mercredi dernier Premier ministre, a pris officiellement jeudi ses nouvelles fonctions lors après la passation de pouvoirs avec son prédécesseur, Abdelmalek Sellal. La tête de chapitre du cabinet Tebboune est la continuité.


Dans une première déclaration à la presse, le nouveau Premier ministre a indiqué que son gouvernement sera celui « des défis et du rattrapage des erreurs commises », ajoutant qu’une de ses priorités est « la concrétisation des programmes de logements et leur distribution dans les délais ».


Une des priorités « est le règlement définitif de la crise du logement et l’éradication des bidonvilles », dit-il encore en ajoutant que dans sa feuille de route, les secteurs de l’éducation et de la santé seront parmi les priorités : « La reconversion de notre économie est nécessaire et urgente pour que notre pays ne dépende plus du baril de pétrole.


Et dans ce cadre, le secteur privé aura une place prioritaire avec le respect des normes et du contrôle », dit encore le Premier ministre. Et d’annoncer enfin en marge de la passation de pouvoirs qu’il présenterait dans les prochains jours les détails de son programme dans la déclaration de politique générale devant le Parlement, conformément à la Constitution.


Selon Abdelmadjid Tebboune l’une des priorités du gouvernement est la reconversion économique, jugée « nécessaire » et « urgente » pour réduire la dépendance de l’Algérie vis-à-vis des hydrocarbures : « Une autre priorité s’impose, c’est la reconversion de notre économie qui a été entamée par mon prédécesseur, ami et frère, Abdelmalek Sellal.


Une reconversion économique nécessaire et urgente pour faire en sorte que notre pays ne dépende plus des fluctuations des prix des hydrocarbures », a déclaré Tebboune au terme de sa prise de fonction officielle.


Il s’agit, a-t-il poursuivi, de construire une économie « plus saine et plus équilibrée », dans laquelle le secteur privé « aura toute sa place, peut-être même une place prioritaire, avec toute la régulation et le contrôle que doit faire le gouvernement au nom du président de la République » annonce-t-il.


D’ailleurs, un plan d’action du gouvernement « plus détaillé sera exposé incessamment, dès qu’il sera achevé devant les élus de la nation, à commencer par l’Assemblée populaire nationale et ensuite le Conseil de la nation », a-t-ajouté.


« Nous allons continuer la mission commencée par M. Sellal », a souligné le Premier ministre et avec les mêmes priorités qu’a fixées le président de la République, qui sont l’éradication totale de la crise du logement, des bidonvilles, l’achèvement de son programme de logements, l’éducation et la santé : « Nous allons reloger tous ceux qui ouvrent droit, avec notamment l’achèvement du programme AADL, comme on l’a promis au nom du président de la République, début ou au plus tard fin 2018, ainsi que la relance du programme social et rural », a-t-il dit. 


Il a ajouté que le pays connaissait des « difficultés financière » mais pas de « blocages », relevant qu’il y avait « des réorientations de certaines ressources financières au profit des priorités tracées par le président de la République ».


Onze ministres quittent le gouvernement


Le nouveau gouvernement Tebboune se caractérise déjà par le remplacement de pas moins de onze ministres et le maintien de dix autres à leur poste.


Les ministres remerciés sont ceux de l’Energie Nouredine Boutarfa, de la Communication, Hamid Grine, des transports Boudjemaa Talai, de l’Habitat, Abdelmajid Tebboune promu Premier ministre, de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, de l’Agriculture, Abdeslam Chelghoum, de la secrétaire d’Etat au Tourisme, Aïcha Tagabou, de la ministre de la Solidarité, Mounia Meslem, des ministres du Tourisme, Abdelwahab Nouri, de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, du Travail et des Affaires sociales, Mohamed El Ghazi et enfin, grosse surprise, du seul ministre d’Etat Ramtane Lamamra.


Dix autres ministres ont été maintenus à leur poste à savoir Nourredine Bedoui à l’Intérieur, Tayeb Louh à la Justice, Nouria Benghebrit à l’Education. Mohamed Aïssa aux Affaires religieuses, Tayeb Zitouni aux Moudjahidine, Azzedine Mihoubi à la Culture, El Hadi Ould Ali à la Jeunesse et aux Sports, Abdelkader Hadjar à l’Enseignement supérieur, Mohamed Mebarki à la Formation professionnelle, Houda Faraoun, à la Poste et aux Technologies de la Communication. Huit nouveaux ministres ont été désignés dans ce gouvernement Tebboune : Abderrahmane Raouiya au ministère des Finances, Mourad Zemali au département de Travail, Saci Ahmed Abdelhafid au Commerce, Mokhtar Hasballaoui, à la Santé, Messaoud Benagoun au Tourisme, Zahra Zerouati a l’Environnement, Abdelkader Bouazgui a l’Agriculture et Mahdjoub Bedda à l’Industrie et aux Mines ; ce sont les nouvelles têtes qui font leur entrée au gouvernement.


Enfin, Ghania Eddalia a permuté puisqu’elle a été nommée ministre de la Solidarité et Tahar Khaoua retrouve son poste de ministre chargé des Relations avec le Parlement. Le premier conseil des ministres est prévu mercredi prochain.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter