Articles similaires

Nationale

#TITRE

187

Energie solaire : Arkab évoque les capacités algériennes

21 août 2019 | 21:03
EnergieMohamed Arkab Lilia Ait Akli

L’Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5 600 MW d’électricité à partir de l’énergie solaire, de quoi renforcer le réseau national dans les années à venir. C’est ce qu’a affirmé Mohamed Arkab, ministre de l’Energie, depuis la wilaya d’Annaba.

En visite de travail dans cette wilaya ce mardi, le ministre estime que « les compétences nationales actuelles sont capables de mener ce projet dans toutes ses étapes, de l’étude jusqu’à la réalisation finale ». Selon lui, « l’Algérie, qui a réalisé sa première centrale solaire en 2011, a acquis l’expérience nécessaire ainsi que les moyens requis pour développer ce domaine, d’autant qu’actuellement le pays totalise 22 centrales de production d’électricité à base d’énergie solaire avec une capacité de 400 MW ».

Tout en affirmant que l’Algérie a pu répondre à ses besoins en matière d’électricité avec une production de 20 000 MW, pour une consommation nationale estimée à 15 680 MW, il a souligné que son département envisage l’élaboration d’un nouveau modèle de consommation d’énergie, qui intervient après la récente étude par le gouvernement du projet visant à créer une instance nationale chargée des énergies renouvelables. Ce modèle s’appuie principalement, selon les explications du ministre, sur « une rationalisation de l’utilisation des ressources énergétiques en Algérie et son orientation vers le secteur de l’industrie ». « L’Algérie produit 144 milliards de m3 de gaz par an et consomme 45 milliards localement, dont 20 milliards affectés à la production d’énergie électrique par le biais des unités de production de différents types », a-t-il rappelé. Pour ce qui est de l’électricité, Arkab a indiqué que le secteur de l’industrie consomme un taux « très faible » par rapport à la consommation des ménages, soulignant que ceci représente « un indicateur inapproprié ». Car, dit-il, « le secteur industriel est censé ne consommer pas moins de 30% de l’électricité produite ».

Par ailleurs, le ministre qui a inspecté plusieurs projets dépendants de son secteur, entre autres le site réservé à la réalisation d’un transformateur 60-30 KV au pôle urbain « Kalitoussa » (commune de Berrahel), le centre d’enfûtage de gaz liquéfié dans la zone industrielle, a révélé que les coupures d’électricité, notamment dans cette wilaya de l’est du pays, sont causées par « la vétusté des réseaux de distribution ».

Cependant, la production de 5 600 MW ne peut qu’être qualifiée de peu, compte tenu du potentiel dont dispose le pays, mais aussi des objectifs tracés dans le cadre du programme national des énergies nouvelles et renouvelables, adopté par le gouvernement en 2011 et révisé en 2015. A travers ce programme, l’Algérie compte se positionner comme un acteur majeur dans la production de l’électricité à partir des énergies renouvelables, notamment le solaire, sachant que le pays dispose d’un grand potentiel en la matière. L’Algérie table donc sur la production de 22 000 MW à l’horizon 2030, de quoi répondre à la demande nationale en énergie, et pourquoi, pas exporter le surplus. Quoique certains experts estiment que l’Algérie a mal négocié son passage vers l’exploitation de l’énergie solaire, le pays est condamné à réaliser et à concrétiser sa transition énergétique.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter