Articles similaires

Nationale

#TITRE

502

Education:Les syndicats contestent le bilan de la commission nationale

16 octobre 2018 | 20:43
EducationBenghabrit Lynda Louifi


Le dossier de la gestion des œuvres sociales du secteur de l’éducation nationale a été ouvert encore une fois, donnant libre cours à la polémique et à la critique entre les syndicats.


Ces derniers contestent le bilan financier et moral des trois dernières années (2015/2017) de la commission des œuvres sociales des personnels du secteur de l’éducation, présenté lundi lors d’une réunion à huis clos. La commission, dont le mandat a expiré en mai dernier, continue de gérer les œuvres sociales jusqu’à l’élection de celle appelée à la remplacer à partir du mois de mai 2019. Le président du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), Boualem Amoura, affirme que son organisation « n’est pas concernée par la rencontre car la loi exige un bilan moral et financier à chaque fin d’année et pas à la fin du mandat (3 années après) ». M. Amoura souligne n’avoir lui-même aucun lien avec cette commission : « Ce n’est pas moi qui les ai désignés ni nommés pour qu’ils me rendent des comptes ».


Pour sa part, le coordinateur du Syndicat national autonome des professeurs d’enseignement secondaire et technique (Snapest), Meziane Meriane, a affirmé que « la commission des œuvres sociales des personnels du secteur de l’éducation a présenté devant les syndicats du secteur son rapport financier et moral qu’elle avait envoyé le week-end dernier aux différentes organisations syndicales ». Il a d’ajouté : « La commission devait présenter son rapport financier et moral pour chaque année séparément et en temps voulu afin de permettre aux syndicats de s’informer sur la gestion des finances des personnels du secteur ainsi que d’évaluer et de proposer des suggestions dans l’objectif d’éviter les mêmes erreurs ».


M. Meriane a exprimé le refus de sa formation quant à la gestion centralisée qui a prouvé son inefficacité depuis 2011, estimant que la gestion de wilaya est la plus adaptée pour la gestion des finances des œuvres sociales du personnel de l’éducation car permettant de garantir la transparence et le partage équitable des finances. Il a mis l’accent, en outre, sur la nécessité d’organiser un second référendum pour définir la manière de gérer les finances des œuvres sociales, soit une gestion centralisée ou décentralisée, car le premier référendum était loin des aspirations des enseignants et des personnels du secteur, affirmant que la gestion des finances des œuvres sociales « n’était pas une question de personnes mais plutôt une question de lois relatives à la gestion ».


Le porte-parole du Conseil des lycées d’Algérie (CELA), Idir Achour, qui a affirmé qu’il n’avoir pas pris part à la rencontre, a indiqué que le syndicat est plutôt pour le gel pur et simple de l’activité de cette commission en attendant le référendum programmé pour mai prochain. Idir Achour avait exprimé le refus de sa formation à la gestion centralisée empêchant les syndicats de s’informer sur les bénéficiaires de ses primes et sur le mode des dépenses. Il a fait savoir que c’est ce dossier, outre celui relatif aux statuts des personnels de l’éducation « qui n’ont pas été respectés par le ministère », qui a amené son syndicat à appeler à une grève le 23 octobre.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter