Articles similaires

Nationale

#TITRE

426

Banque mondiale : Une croissance algérienne meilleure que prévu

9 janvier 2019 | 21:27


La croissance économique algérienne devrait connaitre un taux plus élevé que prévu pour les deux prochaines années selon des projections actualisées de la Banque Mondiale publiée avant-hier soir à Washington.


La BM table désormais sur une croissance de 2,3% en 2019 contre 2% prévu dans son précédent rapport sur les perspectives économiques mondiales, publié en juin dernier, soit un relèvement de 0,3 point. La nouvelle projection pour 2019 reste, cependant, légèrement en baisse par rapport à celle de 2018, lorsque le Produit intérieur brut (PIB) de l’Algérie a enregistré une progression de 2,5%, indique le rapport de la BM. A l’origine de ce léger recul, figure la baisse progressive des dépenses publiques, explique la BM.


"L’Algérie devrait décélérer à 2,3 % du fait de la diminution progressive des dépenses publiques, qui avaient connu une hausse considérable l’année dernière", précise l’institution de Bretton Woods dans la note consacrée aux perspectives économiques de la région Mena, accompagnant ce rapport.


S’agissant de la croissance mondiale, le rapport de la Banque fait état d’un noircissement inquiétant concernant les perspectives économiques mondiales de l’année en cours, à peine entamée.


La croissance économique mondiale connaîtra un fléchissement cette année, passant ainsi d’un taux révisé à la baisse de 3 % en 2018 à 2,9 % en 2019, souligne le texte.


Cet affaiblissement est dû à une régression remarquable du commerce et du volume des investissements, précise l’institution financière mondiale.


« Les échanges commerciaux internationaux et l’activité manufacturière mondiale faiblissent, les tensions commerciales restent vives et les marchés financiers exercent de fortes pressions sur certains grands pays émergents », commente la BM dans ce rapport rendu public au lendemain de la démission annoncée de son président, Jim Yong Kim.


De ce fait, l’institution de Bretton Woods constate une stagnation de la reprise dans les pays exportateurs de produits de base, parallèlement au ralentissement de l’activité dans les pays importateurs de ce type de marchandises.


Divers facteurs sont susceptibles de freiner davantage l’activité économique, relève le Groupe de la Banque mondiale. Il mentionne en particulier la forte hausse des charges d’emprunt qui pourrait restreindre les entrées de capitaux dans les marchés émergents et économies en développement.


Les autres facteurs ayant été relevés par la même institution sont l’augmentation de la dette publique et privée et l’intensification des tensions commerciales.


Face à l’assombrissement des perspectives économiques, la BM plaide pour des mesures d’urgence pour faciliter les échanges commerciaux et améliorer l’accès aux financements.


Ces mesures sont à même d’aider à traverser la période d’incertitude actuelle et donner un coup de fouet à la croissance, soutient la BM.


D’après les mêmes projections, la croissance devrait baisser à 2 % cette année dans les économies avancées. Aux Etats-Unis, la croissance devrait progresser de 2,5 % en 2019, alors qu’en zone euro elle devrait s’afficher autour de 1,6%.


Dans le même temps, le ralentissement de la demande extérieure, l’accroissement des charges d’emprunt et la persistance de l’incertitude en matière de politiques publiques devraient peser sur les perspectives des marchés émergents et des économies en développement.


Dans ce groupe de pays, la croissance économique devrait rester stable cette année, mais à un taux de 4,2 %, plus faible que prévu. En Chine, la croissance devrait tomber à 6,2 % en 2019 en raison de la poursuite de rééquilibrages intérieurs et extérieurs.


La croissance dans la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (Mena) devrait atteindre 1,9 % en 2019. Le groupe des pays membres du Conseil de coopération du Golfe, qui devrait prendre un peu de vitesse cette année, connaîtra une accélération de son taux de croissance de 2 % en 2018 à 2,6 % en 2019.


 


En Afrique subsaharienne, la croissance devrait s’accélérer pour atteindre 3,4 % en 2019, en supposant une diminution de l’incertitude pesant sur les politiques publiques, et une amélioration de l’investissement dans les grandes économies, note le rapport.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter

Hébergement web par DZSecurity