Articles similaires

Nationale

#TITRE

204

ENIEM de Oued-Aïssi : 1 700 travailleurs risquent de se retrouver au chômage

26 juin 2019 | 19:37
Tizi-OuzouENIEM Saïd Tissegouine

C’est un véritable vent de panique qui souffle depuis quelques jours sur la grande famille des travailleurs de l’ENIEM de Oued-Aïssi. Et pour cause : sur les 1 737 employés que compte cette entreprise spécialisée dans l’électroménager, pas moins de 1 700 risquent de se retrouver au chômage dans les tout prochains jours.

Autrement dit, autant dire que l’entreprise envisage de mettre la clef sous le paillasson. Cette situation de déliquescence a pour origine l’absence d’approvisionnement en pièces détachées nécessaires au montage au niveau des ateliers de l’ENIEM des différents appareils électroménagers fabriqués habituellement, tels que les appareils de climatisation, les réfrigérateurs, les séchoirs et tant d’autres articles. A l’heure qu’il est, il y a un lot de pièces détachées pour au moins 25 000 climatiseurs de Split qui sont en souffrance au niveau du port d’Alger et des entrepôts sous-douane, et ce à cause de l’absence de documents administratifs nécessaires à leur dédouanement.

Selon les informations en notre possession, la direction de l’ENIEM n’a pas encore reçu des services de son ministère de tutelle les décisions nécessaires pour la réception de ces pièces détachées en provenance de l’étranger. Le dossier de renouvellement de la décision devant permettre la réception de ces pièces détachées a été déposée par les responsables de l’ENIEM Oued-Aïssi auprès du ministère de tutelle, soit le ministère de l’Industrie et des Mines, le 10 février 2019, soit trois mois avant l’expiration de la première décision tel que le stipule la règlementation. Cependant, en date du 8 mai dernier, soit après trois mois d’attente, le comité technique du ministère concerné a informé la direction de l’ENIEM que la délivrance du document sollicité (décision) était subordonnée à la levée des réserves émises par le comité d’évaluation technique (CET). Et en date du 19 mai, soit une douzaine de jours plus tard, les services compétents de l’ENIEM ont redéposé le dossier, après inclusion de toutes les fiches de collections revues et corrigées suivant les recommandations du CET auprès du ministère.

Cependant, en dépit de l’exécution des recommandations par ses services du CET, le ministère n’a toujours pas daigné octroyer la décision tant attendue à l’ENIEM. Cela fait plus d’un mois que les responsables de cette entreprise de l’électroménager, considérée comme le fleuron de l’industrie de la wilaya de Tizi-Ouzou, attendent ce fameux document pour pouvoir alimenter en pièces détachées leurs ateliers. Cette situation de « wait and see » coûte non seulement très cher financièrement à l’entreprise, mais lui a causé aussi des désagréments vis-à-vis de ses clients qui commencent à perdre patience. L’autre élément qui risque d’ébranler sérieusement l’ENIEM est sa terrible contrainte à mettre, rappelons-le, au moins 1 700 de ses employés au chômage. Et c’est ce qui risque d’arriver à la façon dont évolue la situation.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter