Monde

#TITRE

376

Dupont-Aignan se coalise avec Le Pen

29 avril 2017 | 20:44
Djamel Zerrouk

Pour la première fois de son histoire, le Front national s’est trouvé un allié dans sa conquête du pouvoir.

Le 28 avril, Nicolas Dupont-Aignan, qui a recueilli 4,7% des voix au soir du premier tour de l’élection présidentielle, a annoncé sur France 2, qu’il avait conclu « un accord de gouvernement » avec Marine Le Pen, qu’il a rencontrée quelques heures auparavant.

Le leader de Debout la France s’affichera publiquement avec la candidate du Front national samedi 29 avril pour une première déclaration commune.

Qu’est-ce que l’ancien candidat a gagné en ralliant Marine Le Pen ? Sébastien Chenu, conseiller régional FN dans les Hauts-de-France, ne s’épanche pas sur la question. « Je crois qu’ils ont chacun la France au cœur, et non pas, comme d’autres candidats, le fric au cœur.

Cette convergence suffit à vouloir leur donner l’envie de travailler ensemble ». Au cours d’une rapide allocution, la candidate du Front national a annoncé qu’elle nommerait le maire de Yerres premier ministre si elle l’emportait le 7 mai face à Emmanuel Macron à la tête d’un gouvernement d’union nationale.

Marine Le Pen a loué l’ex-candidat souverainiste, « un patriote », pour son soutien, et se disant « fière de cette alliance » pour « défendre main dans la main un projet commun » en vue du second tour. « Macron incarne le projet de la soumission »

Dans un communiqué commun, les deux personnalités disent en substance : « Après avoir ruiné notre économie, affaibli nos institutions et mis en danger jusqu’à la sécurité physique de nos compatriotes, la coalition des responsables de l’abaissement de notre pays a tenté et tente toujours de confisquer notre démocratie. Ils veulent garder le contrôle sur l’avenir de la France et des Français à travers la candidature d’Emmanuel Macron ».

Et d’enchainer : « En effet, derrière l’illusion du renouvellement des visages, Emmanuel Macron incarne en tous points la poursuite des politiques qui ont affaibli notre pays, notamment sous le quinquennat de François Hollande dont il est l’héritier direct.

Au-delà de son statut de favori de la pensée unique, Emmanuel Macron imposera sans complexe aux Français les règles les plus inhumaines de la mondialisation sauvage, renvoyant notre devise nationale au rang de slogan publicitaire.

Nous avons donc un devoir historique de mettre en échec ce « système » néfaste et de convaincre les Français de choisir une autre voie, celle d’un projet politique patriote et républicain, fidèle aux promesses de notre nation enracinée dans un territoire et ancrée dans le cœur d’un peuple fier de ses valeurs.

Et d’ajouter : « Or, pour vaincre le projet de soumission d’Emmanuel Macron, il faut convaincre les Français d’avoir confiance dans une alternative crédible. Au terme du premier tour, les Français ont placé Marine le Pen en position d’incarner la France et de présider notre pays si une majorité des électeurs lui accorde sa confiance au second tour ». 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter