Articles similaires

Regionale

#TITRE

750

Médéa : distribution d’eau par camion-citerne soumise à autorisation

3 septembre 2018 | 20:10


L’étau se resserre sur les propriétaires de camions-citernes qui devront désormais être soumis à une autorisation pour l’exercice de l’activité de distribution d’eau, délivrée par les services de la direction des ressources en eau, a-t-on indiqué à l’occasion de l’examen de la situation des maladies à transmission hydrique (MTH).


Organisée au siège de la wilaya sous la présidence du wali, Mohamed Bouchema, la réunion s’est déroulée en présence des chefs de daïra et des directions concernées par le problème des MTH et de l’irrigation avec les eaux usées.


L’occasion de passer en revue l’état d’application des mesures de prévention prises et de soulever le contrôle des camions-citernes qui s’approvisionnent des différents points d’eau et forages, cédant le contenu de leur citerne à des prix variant de 1 200 DA à 1 500 DA.


Jusqu’alors, les propriétaires des camions-citernes ont exercé illégalement, sans autorisation délivrée par l’administration chargée du secteur, a déclaré la directrice des ressources en eau.


Ce ne sera désormais plus le cas, si l’on en croit cette dernière qui annonce que l’administration se réservera le droit de faire application de la réglementation en vigueur en matière d’exigence d’une autorisation pour l’exercice de l’activité de distribution d’eau potable.


La mesure permettra aux services de la direction des ressources en eau de régler le problème d’identification de la source d’approvisionnement et de potabilité de l’eau distribuée par les camions-citernes.


Dans ce but, des dispositions vont être mises en place afin de contrôler les sources, les fontaines publiques et les puits utilisés par la population pour s’assurer de la qualité et de la potabilité de leur eau, a-t-il été annoncé.


Dans son intervention, le directeur de la santé et de la population insistera sur l’intensification de la surveillance des points d’eau, qui sont souvent des sources d’épidémies graves, citant à ce propos, l’épidémie de typhoïde qui a sévi il y a quelques années à Ouzera (10 km à l’est du chef-lieu de la wilaya).


Pour sa part, le directeur des services agricoles a déclaré qu’un recensement des agriculteurs soupçonnés d’utiliser les eaux usées a été réalisé par son administration, qui à déjà mis fin à l’irrigation du périmètre agricole à partir des eaux polluées du barrage Ladrat de Sidi Naamane, où des superficies maraîchères ont été détruites et le matériel de pompage saisi.


L’opération de surveillance et de contrôle touchera également les superficies agricoles situées à proximité des oueds ou même des puits proches des oueds, qui pourraient être contaminés et dont les eaux sont utilisées dans l’irrigation des crudités.


L’objectif étant de parvenir à éradiquer toutes les sources de risque de contamination de l’eau destinée à l’alimentation des populations, à abandonner les vieux réseaux qui seraient source de cross-connexion et de contamination des eaux servies à travers les réseaux de distribution en certains endroits.


 


On préconisera même d’abandonner les anciens réseaux de distribution sur lesquels des habitations ont été construites ou placés dans des caves et de réaliser de nouveaux réseaux qui satisfont aux nouvelles exigences et aux règles de voirie et d’urbanisme.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter