Articles similaires

Nationale

#TITRE

232

Difficile rentrée scolaire pour les bas salaires

26 août 2019 | 21:40

Cahiers, cartables, vêtements…Le coût de la rentrée scolaire constitue la préoccupation des parents d’élèves. A une semaine de la rentrée des classes, les parents sont à la recherche de bons plans pour faire face à la cherté des fournitures scolaires.

Si le ministère de l’Education nationale, à travers un communiqué où il a rendu publique la liste des fournitures scolaires, rassure sur le fait de prendre en compte, notamment, la dimension socioéconomique dans l’élaboration de cette liste, les parents d’élèves ont un autre avis. La plupart d’entre eux se plaignent de la cherté de ces fournitures.
En effet, les bourses des ménages algériens qui sont passées par de rudes épreuves après une période de grandes dépenses, entre autres, l’Aïd El Adha et les vacances, sont confrontées encore une fois à une nouvelle épreuve. 
Le trousseau d’un élève peut atteindre 10 000 DA ! La facture va être donc salée, principalement, pour les familles nombreuses qui comptent trois à quatre élèves scolarisés dans différents paliers. Si les prix des cahiers, stylos…restent relativement stables en comparaison à l’année passée, les prix des cartables ont enregistré une augmentation considérable.
Par exemple, un cartable à roulettes pour fille est affiché à 4 000 DA chez un libraire qui dit que « ce modèle attire beaucoup d’écoliers ». La raison en est simple. Les couleurs et dessins collés sur ces cartables ne laissent pas ces enfants indifférents, d’autant que ces derniers sont de plus en plus exigeants et les concepteurs de ces affaires scolaires font tout pour attirer les enfants. L’esprit marketing l’exige. 
Donc l’équation difficile à résoudre pour les parents est d’allier la qualité aux prix, soit acheter des produits de qualité, mais pas trop chers.
Sihem estime que la rentrée scolaire revient chèr aux parents. Mère de deux enfants, dont un en 3e année primaire, elle nous a fait savoir que pour le trousseau de sa fille, elle doit mobiliser une somme conséquente, entre 15 000 et 20 000 DA. « Le cartable à lui seul est à 3 000 DA, voire plus. Les cahiers et autres affaires à 5 000 DA », a-t-elle précisé, signalant que les prix des livres vont faire augmenter la facture. Pour sa part, Nassima, mère de deux enfants scolarisés en 4e et 5e années primaires, estime qu’il y en a pour toutes les bourses, d’autant qu’on peut acheter un sac à dos à 1 000 DA. « Les prix varient selon les marques », a-t-elle indiqué, en ayant déjà acheté les fournitures scolaires de ses enfants. « Cependant, explique-t-elle, la situation se complique pour les familles nombreuses qui comptent plusieurs enfants scolarisés. « Ce n’est pas évident ! », a-t-elle souligné. C’est à l’image d’Ahmed, père de trois enfants scolarisés. « C’est juste très cher ». C’est ainsi qu’il a préféré résumer la situation : « Après l’Aïd et les vacances, cette rentrée vient nous plumer davantage », nous a-t-il fait savoir. Ses achats vont être en fonction de sa bourse. « Je vais acheter des produits de qualité moyenne pour pouvoir répondre aux besoin de mes enfants avec un prix raisonnable », a-t-il expliqué. Pour d’autres c’est dans les marchés de l’informel, qui poussent comme des champignons en cette période, qu’ils vont faire leurs achats dans l’espoir de faire quelques économies.
Plus encore, les achats ne se limitent pas à ces affaires scolaires, des frais annexes font augmenter la facture de la rentrée. Un tablier, une nouvelle tenue pour la rentrée et une autre pour le sport s’additionnent à la liste des achats, déjà longue !
Devant cette pression causée par la cherté de ces fournitures et l’érosion du pouvoir d’achat que subissent les ménages algériens à chaque veille de la rentrée scolaire, un manque de contrôle sur les prix est à déplorer. Une situation qui laisse le champ libre à des libraires qui profitent de l’absence des contrôleurs pour imposer leurs prix. Pire encore, la qualité de certains produits, souvent contrefaits, dont l’origine est inconnue, représente un sérieux problème et peut même s’avérer dangereuse pour la santé des écoliers.
Notons, que le ministère de l’Education nationale a rendu publique la liste des affaires scolaires nécessaires pour les trois paliers de l’enseignement. Une liste, précise-t-on, actualisée en conformité avec les programmes de chaque palier. Elle vise à la fois l’allègement des cartables des enfants et la rationalisation des dépenses pour les parents. « Un choix prenant en compte les trois dimensions, pédagogique, sanitaire et socioéconomique ». Ces listes seront affichées dans l’ensemble des établissements et communiquées par tous moyens en vue de leur strict respect, précise-t-on dans le même communiqué. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter