Monde

#TITRE

854

Des tracts de juifs haredim appelant à tuer les soldats israéliens

2 juin 2017 | 18:51
D. Z.

Des tracts ont été distribués dans les quartiers d’Al-Qods occupé, où résident des juifs orthodoxes appelant les juifs haredim qui sont contraints de rejoindre l’armée israélienne de tuer leurs responsables.

« Si on vous prend par la force à l’armée qui vous oblige à renoncer à votre religion, il vous est permis, comme il est de votre devoir de faire les choses suivantes : prendre le fusil qu’on vous donne, tuer le soldat qui sera à côté de vous, et ensuite tuer l’officier qui vous garde malgré vous. Et enfin tuer tout conscrit, ou quiconque qui vous poussera au recrutement, ou bien qui vous aide à le faire.

Et à la fin tourner l’arme sur vous, et tuez-vous ! ». Selon la chaine 2 de la télévision israélienne, les tracts qui ont été accrochés sur les murs des quartiers de la ville sainte et avec pour titre : « Décret important ». Le document n’a été signé par aucun rabbin mais n’omet pas de citer des propos de grands rabbins connus.

« La vie est comme un passage, et la vie éternelle est dans l’Au-delà. Si tu perds ce monde, tu auras une chance pour l‘autre vie qui sera bien meilleure pour toi », peut-on lire également dans ce prospectus. Pour sa part, l’armée israélienne a qualifié les appels à tuer des soldats israéliens comme étant « une dangereuse incitation et une ligne rouge », assurant toutefois vouloir continuer à recruter les haredim dans ses rangs.

Contestant dans leur majeure partie la création de l’entité sioniste en Palestine, la majeure partie de cette communauté refuse de faire le service militaire. Mais depuis 2014, la Knesset a voté une loi qui met fin à l’exemption dont ils jouissaient ainsi que d’autres juifs orthodoxes.

Les haredim ou « Craignant-Dieu », souvent appelés « ultra-orthodoxes », sont des juifs orthodoxes ayant une pratique religieuse particulièrement forte. Ils ne constituent pas un ensemble uniforme et comprennent en leur sein des hassidim, des mitnagdim, des sefardi, des mizrahim, etc.

Chaque communauté haredi interprète les principes qui leur sont communs avec quelques variantes. Depuis la fin du 19e siècle, ils rejettent partiellement la « modernité », que ce soit dans le domaine des mœurs ou des idéologies.

Du fait de leur méfiance vis-à-vis des « innovations sociales », les haredim vivent généralement en marge des sociétés laïques environnantes, même juives, dans leurs quartiers et sous la direction de leurs rabbins, « seule source de pouvoir pleinement légitime » à leurs yeux. C’est aussi le plus important groupe juif actuel farouchement contre sionisme. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter