Articles similaires

Nationale

#TITRE

704

Des primes de service civil pour les praticiens

5 novembre 2018 | 19:58
Santé Mohamed.K


Les praticiens médicaux spécialistes de santé publique vont bénéficier d’une prime de service civil en vertu d’un décret exécutif portant institution de cette prime, publié dans le dernier Journal officiel.


Ainsi, le décret exécutif 18-257 du 11 octobre 2018 a pour objet d’instituer une prime mensuelle d’accomplissement du service civil au profit des praticiens médicaux spécialistes de santé publique assujettis au service civil.


Cette prime vise à "renforcer la couverture sanitaire spécialisée de la population et améliorer la qualité et l’efficacité des activités de soins, assurées par les établissements publics de santé, notamment dans les wilayas du Sud et des Hauts Plateaux".


Le montant mensuel de la prime de service civil est fixé, selon la zone d’exercice, entre 20 000 et 60 000 dinars, précise le décret, qui souligne que la prime de service civil n’est pas intégrée dans le salaire du bénéficiaire, mais elle est toutefois, soumise à l’impôt.


Cette prime est servie uniquement pendant la durée d’accomplissement du service civil.


Un autre décret exécutif (18-256) fixant les modalités d’accomplissement du service civil pour les praticiens médicaux a été également publié dans le même Journal officiel.


La modulation de la durée du service civil pour les praticiens spécialistes de santé publique dans les établissements hospitaliers a été fixée suivant quatre zones.


La durée du service civil de la zone 1, qui englobe les wilayas du Sud, est fixée à une année, alors que dans les zones 2 et 3 qui concernent les wilayas du Nord et des Hauts Plateaux, la durée du service est fixée respectivement à deux et trois ans.


Cependant, ces annonces n’ont pas emballé le collectif des résidents. La modulation de la durée du service civil et l’attribution d’une prime aux médecins constituent « des avancées réelles » qui restent toutefois « insuffisantes » pour le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra).


« Nous gagnons une année de service civil dans certaines régions, mais la concrétisation de cette prime est à prendre avec des


pincettes puisqu’il est stipulé dans le décret qu’elle est soumise à impôt », a déclaré le Dr Sofiane Bensebâa, résident à Tizi Ouzou et membre du bureau national du Camra.


Pour le délégué du Camra, interrogé par un site électronique, le gouvernement n’a pas tenu ses engagements car ces deux mesures « sont insuffisantes, notamment en ce qui concerne les conditions de vie des résidents encore en formation et des nouveaux assistants qui font actuellement leur service civil ».


D’autres mesures promises par le ministre de la Santé sont toujours en attente de concrétisation, comme la déduction de la durée du service national de celle du service civil.


 


La révision du statut du résident est une autre revendication soulevée par les résidents lors de leur grève qui a duré près de huit mois. Une révision accordée en principe par le ministère de l’Enseignement supérieur en avril dernier mais qui reste au point mort depuis. Aucune négociation n’a été entamée sur ce dossier, tout comme sur deux volets importants de la plate-forme de revendications du Camra, à savoir la formation du résident et la question de lalocation ou du logement. La prime de logement n’est pas encore consacrée par un texte de loi, mais cette question semble avoir été laissée à l’appréciation des directeurs des établissements hospitaliers. Or, ces derniers ne donnent pas cette compensation aux résidents en service civil.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter