Articles similaires

Nationale

#TITRE

611

Des opérateurs tunisiens en quête d’investissement en Algérie

16 septembre 2018 | 21:08
Algérie Tunisie Djamel Zerrouk

Une délégation tunisienne composée d’investisseurs dans la pêche et l’aquaculture a tenu, ce dimancheà Alger, une réunion de travail avec des opérateurs algériens. La réunion a été rehaussée par la présence du directeur général de la Pêche et de l’aquaculture, Taha Hamouche, qui, accompagné du président de la Chambre nationale du secteur, de ses principaux collaborateurs et d’investisseurs algériens dans l’aquaculture, a tenu à donner un cachet « fraternel » à cette rencontre. « Nos frères tunisiens, dont le savoir-faire est reconnu tant en Europe qu’au Moyen- Orient ont émis le désir, depuis longtemps, de nouer des partenariats avec leurs frères algériens », a souligné Taha Hamouche dans une déclaration à la presse.

Le premier responsable de ce secteur sous tutelle du ministère de l’Agriculture et du Développement rural t de la Pêche, a tenu à rappeler que les investisseurs tunisiens avaient pris déjà contact d’une manière formelle avec leurs homologues en Algérie, lors de la 7 e édition du Salon de la pêche et de l’aquaculture qui s’est tenu à Oran en novembre 2017 (SIPA-2017). « Lors de ce Salon, nous avons enregistré plusieurs demandes d’investissement en Algérie dans le secteur de la production halieutique, autrement dit le poisson d’élevage en milieu marin ou en continental. Des pays comme la Russie, l’Espagne et la Tunisie avaient souhaité investir en Algérie », a poursuivi Taha Hamouche, rappelant qu’une batterie d’avantages fiscaux, douaniers et sociaux est accordée de jure à tout investisseur dans la pêche et l’aquaculture. L’institution dirigée par Hamouche a reçu à ce jour pas moins de 300 demandes d’investissement dans la production halieutique et d’autres activités connexes.

Hamouche n’a pas omis de rappeler que l’aquaculture n’est pas « chose nouvelle » en Algérie, soulignant que des dizaines de barrages et de retenues collinaires étaient déjà ensemencés en alevins de différentes variétés de carpes et d’autres poissons d’eau douce dès les premières années de l’indépendance. « Ce qui nous manque aujourd’hui, c’est de développer la performance, d’attirer des investisseurs pour un partenariat gagnant-gagnant et pourquoi pas, faire en sorte de répondre à la demande nationale et d’exporter », a ajouté Hamouche. La délégation tunisienne est composée des Pdg des plus importantes sociétés d’élevage de daurade et de loup de mer (Aquasud), de la Société tunisienne de tissage de filets de pêche et cordage (Sotufils)et la société « Le Dauphin », versée dans la pêche des petits pélagiques (sardines, etc.) et de pêche hauturière comme le thon.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter