Culture

#TITRE

506

Des espaces idylliques pour de hautes études musicales

1er juillet 2016 | 23:28
Kamel Cheriti

En présence d’Azzedine Mihoubi, ministre de la Culture, l’Institut national supérieur de musique vient de clôturer son année universitaire. La cérémonie a eu lieu à l’Ismas de Bordj El-Kiffan où ont été également récompensés les lauréats de l’Ecole supérieure des beaux-arts et ausse de l’Ismas.

Sous la direction du maestro Rachid Saouli, professeur de musique de chambre et de trombone, un concert a été donné où ont brillé les étudiants de l’Institut national supérieur de musique.

Au programme, deux parties d’égale importance, illustrant la musique universelle et celle inspirée de notre patrimoine musical.
Pour ce volet du patrimoine, la musique a été arrangée d’une manière académique par Rachid Saouli.

« Habituellement, nous distinguons les étudiants de la promotion sortante qui sont au nombre de trente-cinq cette année. Etant donné la cérémonie commune avec l’Ismas et les Beaux-arts, nous avons retenu le major de promotion du département instruments et chants, Mohamed Amine Belkadi, piano, et Zohra Abdi, major de promotion du département musicologie », précise Djamel Ghazi, directeur de l’Institut national supérieur de musique.

« Nous offrons des conditions idéales pour de hautes études musicales à nos étudiants, bénéficiant sur place d’un enseignement de qualité, de l’hébergement, de la restauration ainsi que d’infrastructures appropriées. » souligne M. Ghazi qui a en projet l’instauration du LMD à l’Institut afin d’assurer la relève et aussi combler le déficit en enseignants du département instruments, notamment le cor. D’autre part, Djamel Ghazi parle des nombreux débouchés s’offrant aux étudiants sortants.

Les lycées notamment manquent de professeurs en musique, sans compter les carrières dans le monde musical. Lui-même virtuose de la flûte traversière, il est un membre indispensable de l’Orchestre symphonique national. M. Ghazi œuvre déjà avec son équipe, à sa tête Rachid Ouabadi sous directeur des affaires pédagogiques, à la préparation du concours d’entrée programmé les 21 et 22 septembre.

Les bacheliers de cette année peuvent s’y présenter avec les majors de promotion des instituts régionaux de formation musicale, au nombre de quatre et leur annexes, répartis sur le territoire national. « Etant donné que les bacheliers de toutes les filières peuvent concourir, nous avons introduit un test spécialisé pour déterminer les aptitudes », fait savoir M. Ouabadi qui est aussi professeur de flûte traversière.

Il explique que l’étudiant à I ‘Institut bénédicie de privilèges rares dans le monde de la formation musicale. En plus d’une bourse, cet étudiant est pris totalement en charge, avec même l’attribution de l’instrument avec lequel il prend les cours. MM. Ghazi et Ouabadi ont récemment animé un stand sur l’Institut national supérieur de musique, à l’occasion de portes ouvertes organisées par le ministère de l’Enseignement supérieur.

Une brochure illustrée par une photo de l’institut prise artistiquement par M. Ghaziz apporte les informations nécessaires à la connaissance du contenu pédagogique et administratif. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter