Nationale

#TITRE

289

Débat sur la sûreté interne des établissements de Sonelgaz

16 décembre 2017 | 20:12
Aissa Hadj Daoud

« L’ensemble de nos entreprises doivent prendre toutes les mesures qui s’imposent pour accroître la sécurité de nos entreprises et de nos établissements », a indiqué le PDG de la Sonelgaz, Mohamed Arkab, lors de sa visite de travail à Ghardaïa, lequel était accompagné d’une importante délégation composée de six autres PDG du Groupe Sonelgaz, dont C. Zerdoud, PDG de la GRTG ; A. Rais, PDG de la GRTE ; S. Lazhari, PDG de la SPE ; C. Boulakhras, PDG de la SKTM et M. Laadjel, PDG de la SDC.

La sécurité interne des entreprises du Groupe Sonelgaz a été le thème d’un regroupement régional sur la sûreté interne des établissements, présidé par Mohamed Arkab, PDG de la Sonelgaz.

Cinq wilayas pilotes, à savoir Ghardaïa, Alger, Constantine, Oran et Illizi, étaient concernés par la rencontre organisée à l’hôtel El-Djanoub, en collaboration avec la Société algérienne de distribution de l’électricité et du gaz du Centre (SDC) et de la SEKTEM, et en présence du wali de Ghardaïa, Azzedine Mecheri, ainsi que de nombreux invités venus de dix wilayas du Centre et du Sud-Est.

Il va sans dire que la wilaya de Ghardaïa, avec ses 130 282 abonnés en énergie électrique et ses 75 808 abonnés en gaz naturel, ainsi que sa production en matière d’énergies renouvelables cherche à confirmer sa volonté de placer toutes ces énergies au cœur du développement de la région du sud du pays.

« Le but recherché est de faire en sorte que 40% de la puissance électrique totale installée à Ghardaïa soient de sources renouvelables d’ici 2025 », a indiqué le PDG de la Sonelgaz.

Ghardaïa est cependant l’une des wilayas du sud du pays où l’électrification rurale est la plus avancée malgré des contraintes géographiques et économiques fortes (dispersion de l’habitat, extension du réseau non rentable…).

Le taux d’électrification rurale (TER) est passé de 60% en 2005 à 98% en 2017. Cela veut dire que près de 400 000 habitants ont bénéficié de l’électricité. Un bilan très impressionnant. Par le passé, le manque de courant électrique était source de désarroi.

Pour la jeune fille qui doit renoncer aux cours du soir, pour le médecin qui ne sait comment conserver ses médicaments, pour l’industriel qui voit sa production brusquement interrompue… De nos jours, quelques régions du pays ne bénéficie toujours pas d’électricité ou alors seulement partiellement.

Des combustibles liquides ou encore du charbon pour se chauffer ou faire la cuisine résulte une pollution dangereuse pour les familles logées dans des maisons rudimentaires, mais qui nuit aussi au climat.
Aujourd’hui, la diffusion de fours et d’appareils électriques modernes au rendement énergétique amélioré représente un pas en avant très positif.

Les efforts fournis par la Sonelgaz et les autorités locales en matière d’électrification sont indéniables. Ce qui permet aux familles d’économiser du temps et de l’argent, de respirer un air plus sain, tout en limitant les rejets nocifs dans l’atmosphère. L’énergie, c’est l’espoir d’un développement économique et d’un avenir meilleur.

L’Algérie œuvre à lancer une initiative internationale sur l’énergie et le climat, destinée à faire progresser l’accès à l’énergie et à limiter, dans le même temps, les rejets polluants générés par la production énergétique des pays en voie de développement. « Nous voulons une énergie pour tous.

Nous finançons l’accès à l’énergie et à l’énergie renouvelable pour l’ensemble des zones éloignées, tout en renforçant la sécurité d’alimentation en énergie électrique (clientèle domestique, agricole et industrielle) et en améliorant la qualité et la continuité du service dans le but de faire face au développement économique et social de la région », a assuré le PDG de la Sonelgaz, Mohamed Arkab, lors d’un point de presse.

« Aujourd’hui, a-t-il dit, près d’un milliard de personnes vivent sans électricité, soit 18% de la population mondiale. Beaucoup de pays sont, en outre, exposés à des coupures de courant régulières du fait d’une surcharge des réseaux et d’une utilisation insuffisamment efficace ».

L’amélioration des systèmes énergétiques dans la région du Sud profite à tous, favorise l’économie et assainit l’environnement. « L’énergie pour tous est un objectif capital », a-t-il ajouté. Cet enjeu est loin de se résumer à une ampoule électrique au plafond de chaque habitation ou à une prise de courant.

Il s’agit de créer de l’emploi, de faire avancer l’économie du pays et de donner à tous les moyens d’utiliser des équipements et des produits d’importance vitale. Il s’agit aussi et surtout de permettre aux familles de cuisiner d’une nouvelle manière et dans de bonnes conditions d’hygiène.

La création d’un poste de 220/60KV à Ghardaïa 2, pour un montant global de 1 669 089 412 de DA, en cours de réalisation par la société KAHRAKIB et dont la mise en service est prévue pour le 4e trimestre 2018, viendra à juste titre assurer la sûreté interne des établissements dont il est question.

Avec de tels projets, le Groupe Sonelgaz a donc grand espoir de réussir dans ces différentes entreprises avec la perspective d’assurer l’énergie pour tous les citoyens du sud du pays et ceux de la wilaya de Ghardaïa en particulier, et ce pour un avenir et une vie meilleurs.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter