Sports

#TITRE

193

Contre la Juventus, le Barça veut croire à un nouveau miracle

18 avril 2017 | 19:36
Rédaction JI

Au lendemain du 3-0 encaissé à Turin, le Barça broyait du noir. Et puis petit à petit, l’esprit de la « remontada » a refait surface. Ce soir, tout le Camp Nou croira à un exploit contre la Juventus. C’est la semaine sainte, la période des miracles, alors pourquoi pas…

A Barcelone, les journaux ont raconté, photo à l’appui, l’histoire de cet enfant qui, à son examen de catéchisme, devait énumérer « quatre miracles du Christ ». Le garçon a cité « la multiplication des pains, l’aveugle, Lazare, 6-1 pour le Barça contre le PSG ».

Battu 3-0 le 11 avril à Turin par la Juventus, le Barça doit ressusciter à nouveau mercredi au Camp Nou pour réussir une seconde « remontada » et continuer d’exister en Ligue des champions. Face à ce nouveau défi, la ville a d’abord accusé le coup de cette nouvelle déroute.

« Encore un Barça ridicule », titrait le quotidien catalan La Vanguardia au lendemain du match aller. L’ambiance est d’abord lourde. Luis Enrique règle ses comptes avec ses joueurs. A Paris, ceux-ci avaient critiqué la stratégie du coach ; cette fois, c’est lui qui déplore un manque d’intensité sur le terrain.

Le club a des problèmes à régler plus urgents et plus profonds qu’une élimination en Ligue des champions. Il faut attendre deux jours pour que le terme de « remontada » soit évoqué. « Elle apparaît plus facile que celle de Paris », ose Luis Enrique. Son argument : il faut marquer un but de moins et le Barça n’a pas été aussi inexistant à Turin qu’il l’avait été à Paris.

L’observateur neutre objectera que la Juve n’est pas le PSG, qu’il y a peu de chance que les Chiellini, Barzagli, Bonucci ou Buffon passent au travers, et que lorsque Jürgen Klopp énonça qu’en football « il n’y a pas de plus grand défi que de jouer une équipe italienne à qui un match nul suffit », il n’avait même pas évoqué le cas de figure d’un 0-2 qualificatif…

Ces arguments semblent sans effet en Catalogne. Comme si l’adversaire n’avait pas d’importance. Le Barça peut gagner ou perdre ; dans les deux cas ça ne dépend que de lui. Cette saison, l’équipe n’est pas bonne. Son trio offensif Messi-Suarez-Neymar sauve les apparences mais le Barça est usé, en fin de cycle, à l’image de Luis Enrique, qui s’en ira au terme de la saison.

Le jeu de possession n’étouffe plus l’adversaire ; à Turin, la Juve a gagné 3-0 en n’ayant la balle que 34% du temps. Les deux équipes se retrouvaient pour la première fois depuis la finale de l’édition 2015. En deux ans, la Juve a perdu Pirlo, Pogba, Evra, Vidal et Tevez ; le Barça seulement Dani Alves, mais la formation semble beaucoup moins régénérée que la Vieille Dame.

L’équipe a retrouvé le chemin du but et de la victoire samedi en battant la Real Sociedad (3-2) en championnat d’Espagne. Malgré deux buts encaissés un peu trop facilement en fin de première mi-temps, Luis Enrique a assuré que « ce résultat renforce notre confiance ». Et la confiance, insiste-t-il, est le moteur des grandes performances.

A la deuxième question, qui ne portait pas sur elle, l’entraîneur du Barça a cité la Juve. Et à la suivante, le mot magique était lâché. « La remontada ? Cela sera bien sûr difficile mais nous sommes capables de le faire. »Le Barça, club le plus titré depuis dix ans en Ligue des champions (quatre victoires), n’entend pas renoncer comme cela à son épreuve favorite.

Contre la Real Sociedad, une rencontre tout de même importante, à une semaine du Clasico contre le Real à Madrid, Luis Enrique a laissé au repos Javier Mascherano et Andres Iniesta. Neymar, suspendu en Liga, sera lui aussi frais et dispo mercredi. Quant à Lionel Messi, obligé de jouer tous les matches, il s’économise, disparaît souvent.

Mais lorsqu’il réapparaît, comme samedi en première mi-temps, c’est létal : deux buts, une passe décisive. Mercredi contre la Juve, le public du Camp Nou ne lui en demandera pas moins. Face à la Real Sociedad, il a passé la moitié de la seconde mi-temps à scander « Remuntarem ». Remontada, en catalan.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter