Articles similaires

Nationale

#TITRE

136

Constantine : Les manifestants refusent de céder aux pressions

25 octobre 2019 | 19:18

« Bedoui, Bensalah à la poubelle », scandaient ce vendredi des manifestants à Constantine. La sortie ce jeudi en Russie, très médiatisée au demeurant, du chef de l’Etat n’a pas laissé indifférents les marcheurs, sortis par milliers après la prière du vendredi exprimer encore une fois leur colère. La déclaration de Bensalah est qualifiée de méprisante d’autant qu’elle a eu lieu dans un Etat étranger.

Les habituelles rues du circuit hebdomadaire des Constantinois étaient pleines, malgré la pluie qui s’est abattue presque sans interruption sur la cité cirtéenne, et ce, dès les premières heures de la matinée de cet ultime vendredi du mois d’octobre qui a vu, notons-le, la relance des manifestations après une relative accalmie aoutienne. Attachés à leur combat entamé le 22 février dernier, les manifestants n’avaient qu’à bien se couvrir pour battre le pavé pour la 36ème fois. Hommes, femmes et enfants ont ainsi bravé les conditions météorologiques en prenant part en grand nombre à cette marche.

Les désormais slogans devenus coutumiers ont été scandés, visant pour la plupart les membres de la issaba qui résistent encore. En tout cas hier, le chef d’état-major aura encore une fois ravi la vedette, tant son nom revenait sur toutes les lèvres.

Drapés de l’emblème national et chantant en chœur l’hymne national, ou encore des chants patriotiques tels que « Min Djibalina », les manifestants semblaient encore s’en tenir à leur revendication première en scandant qu’ils refusaient d’aller voter avec les « issabet ». « Djazair hora démocratiya », « dawla madanya machi askarya » étaient entre autres les slogans scandés pour dire que le peuple choisira démocratiquement ses élus sans l’interventionnisme militaire. « Dégage Gaïd Salah, hada el âmm makach el vote », (dégage Gaïd Salah cette fois il n’y aura pas de vote).

Des appels à la libération des détenus politiques et d’opinion figuraient également parmi les revendications des marcheurs. Des photos de quelques-uns parmi ceux qui croupissent dans les geôles du pouvoir, à l’image de l’opposant Karim Tabbou, du moudjahid Lakhdar Bouregaa, ou encore de l’activiste et journaliste Foudil Boumala, ont été arborées.

Autres slogans scandés : « Allahou akbar aw dja novembre », une manière de « prévenir » que le prochain vendredi aura une connotation particulière. Le 37ème week-end de la révolte citoyenne coïncidera avec le 1er novembre, date anniversaire du déclenchement, soixante-cinq ans plus tôt en 1954, de la guerre de libération nationale.

Les débats se sont par la suite poursuivis entre les manifestants abrités pour la plupart sous des parapluies au milieu de la place Dounya Taraif. Et, comme d’habitude, l’actualité a été passée au peigne et chacun y est allé de sa vision de la chose.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter