Femmes

#TITRE

319

Comprendre le stress de l’enfant

6 mars 2017 | 18:16

Les journées de certains enfants ressemblent parfois à un marathon éreintant et stressant. Rythme de folie, exigences démesurées, activités extrascolaires nombreuses : ces journées bien remplies expliquent souvent leur stress pathologique. Voici quelques clés pour mieux comprendre le stress de son enfant.


« Le stress, c’est la vie », écrit la pédopsychiatre Gisèle George en parlant du « bon » stress. Il stimule et active nos ressources afin de nous aider à faire face aux situations. C’est un ensemble de réactions biologiques, comportementales et psychologiques permettant à l’individu de s’adapter à des exigences auxquelles il ne peut se soustraire. Le stress permet également de réagir de manière immédiate à une situation urgente.

Le stress pathologique
Le stress déclenche une hyperactivité physique. Mais le corps étant une mécanique fragile qui supporte mal de tourner trop longtemps à plein régime, le stress perturbe, lasse, fatigue. Survient alors un épuisement mental que la pédopsychiatre Gisèle George appelle « burn-out ».

Signes psychologiques du stress
L’épuisement psychologique s’installe peu à peu, à coups de stress quotidiens et répétés. Cette usure progressive conduit au stress pathologique auquel l’enfant est particulièrement sensible. Les signes les plus courants de cette usure sont la fatigue, les troubles du sommeil, une certaine irritabilité. L’enfant peut également manquer d’enthousiasme, d’estime de lui et de punch.
Les signes physiques du stress
Parfois l’enfant va somatiser son stress. Ici, c’est son corps qui le trahit. Maladies à répétition, maux de ventre, tics, bégaiements… Autant de signes qui augmentent de manière parfois significative lors des moments stressants, comme la période des examens ou les fins de trimestre.

Les signes indirects du stress
L’enfant n’arrive pas à se concentrer et il n’est pas rare qu’il soit en échec scolaire. Convaincu de son incapacité, il ne fait plus rien. Son stress peut également s’exprimer à travers un comportement agressif qui peut le conduire à des difficultés relationnelles. Au sentiment de souffrance peuvent s’ajouter ici le rejet et l’incompréhension.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter