Articles similaires

Nationale

#TITRE

318

Clôture de la 2e Conférence des ONG africaines

21 novembre 2018 | 21:11
AfriqueONU Lilia Ait Akli

Les travaux de la 2e Conférence internationale des organisations africaines membres du Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC), que l’Algérie a abritée durant trois jours, ont abouti à des recommandations visant à aider l’Afrique dans la prise en charge de la crise migratoire.

L’Afrique est résolue plus que jamais à se prendre en charge, cela à travers les résolutions de cette conférence qui se distinguent pour être pragmatiques, mais aussi par le fait que les participants ont débattu « sérieusement » la question de la crise migratoire. Un fléau qui fragilise de plus en plus certains pays africains, dont l’Algérie qui fait face à une crise migratoire sans précédent.

Dans ce sens, le représentant du ministère de l’Intérieur, M. Kacimi, a réitéré la position de l’Algérie qui refuse « l’exportation » des problèmes de certains pays vers d’autres. Selon lui, il faut aller vers le développement socioéconomique de ces pays pour assurer une stabilité et contrer ainsi ce fléau. La création d’un fonds d’assistance et de promotion des actions et développement initié par la société civile africaine, qui sera alimenté par l’ensemble des pays, est une des recommandations de la CIOAME-ONU, qui aura sans doute à jouer un rôle prépondérant. Il a été en outre signalé la nécessité de promouvoir l’entreprenariat, l’innovation, l’industrialisation inclusive, ceci pour jeter les bases d’un développement pérenne de l’Afrique.

Les participants ont convenu aussi d’agir ensemble en tant que force de proposition, bâtisseurs, partenaires incontournables dans l’édification de l’Afrique que « nous voulons ». Ils s’attèleront également à participer activement à la mise en œuvre de l’agenda 2063 et de convenir à s’investir totalement et à œuvrer au renforcement des liens d’amitié et de solidarité entre tous les acteurs de la société civile africaine. La promotion d’un dialogue inclusif entre les différents acteurs est aussi recommandée pour assurer le développement de l’Afrique.

Par ailleurs, Ali Sahel, président de l’Association nationale d’échange entre jeunes (Anej), qui a coorganisé cette conférence « Engager l’Afrique face à la crise migratoire », a été nommé vice-président du Parlement africain de la société civile, chargé des affaires extérieures. « C’est une reconnaissance à l’Algérie qui est une partie prenante dans cet édifice africain, et le poids de l’Algérie est important », a-t-il indiqué, ajoutant : « Je vais œuvrer dans l’intérêt africain ». Il a estimé que pour avoir une Afrique stable il faut s’occuper de sa jeunesse. Selon lui, le moment est venu pour que l’Afrique se prenne en charge et « nous avons les moyens de le faire ». « Pourquoi les Etats-Unis et l’Union européenne initient des projets et pas les Africains ? », s’est-il interrogé.

Dans une motion de remerciement, la société civile africaine a rendu un vibrant hommage au président de la République. « Il a su traduire en actes concrets les aspirations profondes et légitimes des peuples d’Afrique à la liberté, à la dignité, au bonheur, à la prospérité, au bon voisinage », a-t-on mentionné. Une démarche que le président de la République, note-t-on, poursuit avec fidélité, sagesse et détermination, notamment en faveur de la paix, pour le triomphe des causes justes.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter