Articles similaires

Nationale

#TITRE

893

Cinq généraux-majors sous mandat de dépôt

14 octobre 2018 | 23:20



Le tribunal militaire de Blida a mis ce dimanche cinq généraux-majors sous mandat de dépôt dans le cadre d’une enquête sur des biens mal acquis et d’abus de fonction. Il s’agit de l’ex-commandant de la 1ère Région militaire Habib Chentouf, l’ex-commandant de la 2e Région militaire Saïd Bey, l’ex-commandant de la 4e Région militaire Abderrazak Chérif, l’ex-commandant de la Gendarmerie nationale Menad Nouba, et de l’ex-Directeur des finances au ministère de la Défense nationale Boudjemaâ Boudouaour.


Les généraux mis en cause

Tous ces officiers de haut rang ont été limogés récemment par le président de la République Abdelaziz Bouteflika. Des perquisitions auraient été effectuées à la mi-septembre dans les domiciles de ces cinq hauts gradés de l’ANP. D’autres officiers seront entendus prochainement par le procureur militaire de Blida. Le ministre de la Défense nationale a été saisi afin de diligenter une enquête complète sur tous les événements constitutifs de crimes et de délits. Les premières auditions débuteront incessamment.



Pour rappel, le tribunal militaire de Blida a ordonné le retrait des passeports de cinq généraux-majors. Ils ont aussi été soumis à l’interdiction de quitter le territoire national tant qu’ils sont sous le coup de poursuites judiciaires. Sur fond d’enquête sur l’« affaire de la cocaïne » touchant de hauts responsables algériens et leurs proches, et dans le cadre de la lutte contre la corruption. Le retrait des passeports a été motivé par le fait que l’un des cinq généraux-majors, Saïd Bey, a violé la mesure d’interdiction de quitter le territoire en effectuant un voyage à Paris.



Le limogeage du directeur de la Caisse des retraites au ministère de la Défense nationale aurait fait suite à sa décision d’accorder une prise en charge à l’étranger au général-major Saïd Bey, qui venait d’être révoqué, et celui du responsable de la PAF à l’aéroport international d’Alger aurait été motivé par le fait qu’il avait permis à l’officier supérieur de quitter le territoire national. Le président Bouteflika a pris la décision de révoquer les mis en cause au vu de rapports, qu’il avait lui-même commandés, concernant les grandes fortunes du pays.



Dans ces rapports, on découvre qu’un nombre important de hauts cadres militaires et civils sont à la tête de richesses énormes. Le président Bouteflika frappe ainsi d’une main de fer, en ordonnant de ne tolérer aucun responsable, qu’il soit civil ou militaire et quel que soit son grade et son statut, ayant profité de son poste à des fins personnelles.



Le 17 septembre, il a procédé à un important changement au sein de l’institution militaire : il a nommé le général Hamid Ghris au poste de SG du ministère de la Défense nationale en remplacement du général-major Mohamed Zenakhri, limogé, et le général Ali Akroum au poste de chef du département de l’organisation et de la logistique. Le chef de l’État a aussi nommé le général-major Mohamed Tiboudelate à la tête du département du matériel en remplacement du général Ali Akroum. Dans le même mouvement, le général Saïd Chengriha, qui occupait auparavant le poste de commandant de la 2e Région militaire, a été nommé commandant des Forces terrestres en remplacement du général-major Ahcène Tafer.



Le général-major Hamid Boumaiza a été nommé commandant des forces aériennes en remplacement du général-major Abdelkader Lounès. Enfin, le président Bouteflika a mis à la retraite plusieurs officiers supérieurs de l’armée, dont le général Bouchentouf Remil, directeur de la Caisse de sécurité sociale militaire.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter