Articles similaires

Nationale

#TITRE

231

Célébration dans l’allégresse à Tizi Ouzou

16 mai 2018 | 20:50
Tizi-Ouzou Saïd Tissegouine

La Journée internationale du vivre ensemble en paix a été célébrée dans l’allégresse ce mercredi à Tizi-Ouzou. La manifestation s’est traduite, en présence des autorités, à leur tête Mohamed Bouderbali, par la plantation d’un olivier, symbole de la paix et de l’opulence pour tous les peuples du Bassin méditerranéen, à la place de l’Oliver par des mains enfantines, la visite par les collégiens et les écoliers des services de l’APC de Tizi-Ouzou et surtout par le savoir-faire des enfants en matière artistique à la maison de la culture Mouloud-Mammeri.

Dans cet espace culturel, les collégiens et les écoliers ont célébré cette journée du « vivre ensemble en paix » avec des chants et de la musique, et aussi des dessins mettant en avant les symboliques de la paix, dont la fameuse colombe. Dans le hall de l’institution culturelle, la manifestation a vu une exposition de documents écrits et photographiques sur tout ce qui a trait à la paix. Ces documents renseignent sur la véritable dimension de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale et leur principal initiateur, Abdelaziz Bouteflika en l’occurrence. Il faut retenir à première vue la présence du portrait d’Abdelaziz Bouteflika aux côtés de ceux de Robert Baden-Powell, Alfred Bernhard Nobel, Dalaï Lama, Liu Xiaobo, Barack Obama, Martin Luther King, Nelson Mandela, Albert Schwaitzer, Yasser Arafat, Mahandas Karamchand Ghandhi, Indira Priyadarshini Ghandhi et tand d’autres grands personnages connus pour leur grand militantisme en faveur de la paix. La curiosité positive a pu découvrir que l’assemblée générale de l’ONU a chargé l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture de coordonner avec les autres institutions spécialisées la célébration de cette journée à traves tous les pays, en les exhortant à promouvoir la culture de la paix et de la réconciliation et à s’inspirer de l’expérience algérienne.

Ce même esprit curieux a pris également connaissance que suite à la décennie noire ayant fait plus de 200.000 victimes, Abdelaziz Bouteflika a en 2005 pris l’initiative de la Charte pour la paix et la Réconciliation nationale, lesquelles ont fait suite à la Concorde civile, adoptée dès 1999. Le monde a pris également note que les valeurs de la paix et de la réconciliation nationale ont été consacrées dans la Constitution algérienne révisée en 2016. Pour toutes ces indications, l’humanité a pris en considération la grande dimension politique, intellectuelle et humaniste de la personnalité d’Abdelaziz Bouteflika. Aujourd’hui, avec le recul, il est permis de constater que la mission et les défis qu’a relevés Abdelaziz Bouteflika en 1999 sont plus délicats et plus difficiles que ceux qu’a affrontés le président américain Delano Franklin Roosevelt en 1933, après son accession au pouvoir. En 1933, seule la crise économique et financière faisait mal aux Américains. Autrement dit, il n’y avait pas l’ombre d’une menace de guerre civile. Par ailleurs, l’outil de production ne manquait pas dans cette Amérique des années 1930. Abdelaziz Bouteflika, lui, a trouvé le pays à feu et à sang. Les caisses de l’Etat étaient vides. L’outil de production presque inexistant. Le chômage a touché une frange importante de la population active. Et pour couronner le tout, le citoyen algérien avait perdu toute confiance en son compatriote. En somme, les brèches étaient toutes grandement ouvertes. Par son génie, Abdelaziz Bouteflika a su traiter, en premier lieu, le problème le plus difficile, à savoir l’arrêt de l’effusion de sang. Ensuite vint l’étape suivante, gagner la confiance des partenaires économiques étrangers sur la

solvabilité de l’Algérie. Aujourd’hui, l’Algérie est un pays créancier alors qu’il était débiteur durant de très longues années. Peu de chefs d’Etat à travers le monde auraient accepté de relever les défis comme l’a fait Abdelaziz Bouteflika. C’est pourquoi d’ailleurs universités et laboratoires du monde entier continuent d’étudier et d’analyser ce qu’il convient d’appeler en toute simplicité « la formule d’Abdelaziz Bouteflika ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter