Sports

#TITRE

475

Assembée générale élective de la FAF :

Ça sent le roussi avec la FIFA

14 mars 2017 | 17:23
S.S.

C’est incontestablement la plus grande ‘’Khalota’’ dans l’histoire de la Fédération algérienne de football et c’est malheureux de voir une telle instance se retrouver dans une telle situation désastreuse, pour ne pas dire écœurante.

On n’est pas près de revenir à quelques années auparavant, c’est-à-dire les années 1990 lorsque le football national était géré par un comité provisoire. Une chose est sûre, toute cette agitation autour de ladite assemblée générale élective ayant poussé les pouvoirs publics (le MJS cela s’entend) à intervenir n’est pas faite pour arranger les choses du football aux yeux de l’instance internationale.

Dommage que les intérêts personnels de certains ambitieux aient pris le dessus sur l’intérêt national. Ces mêmes personnes qui comptent se tourner vers la FIFA pour compliquer encore plus la situation, les affaires de la FAF. Pour avoir joué aux prolongations et laissé le doute planer sur sa candidature pour un nouveau mandat, Raouraoua a laissé la porte entrouverte et c’est la candidature de Kheiredine Zetchi, voulue par le MJS et venue après le retrait incompris de Benhamza Yacine (candidat de Raouraoua ), qui a fait sortir les loups de leur tanière . En effet, plusieurs présidents de club et présidents de ligues, ceux-là même qui se sont distingués lors de l’AGO par un soutien inconditionnel à Rouraoua, n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère pour coller l’étiquette de « candidat du Pouvoir » à Kheireddine Zetchi.

Toute cette mascarade n’a pas suffi pour que la commission de candidature de la FAF avec à sa tête Ali Baâmeur (fidèle lieutenant de Raouaraoua, viennent mettre son grain de sel et jeter un pavé dans la mare. Tout un scenario pour compliquer le calendrier de l’assemblée générale élective pourtant arrêté et approuvé au préalable par les membres de l’AG ordinaire de la FAF.

Les ‘’experts’’ dans le jeu des coulisses dans la préparation des AGE pavoisent déjà en faisant capoter le processus électoral devant décider de la succession de Raouraoua à la tete de la FAF. Tout a basculé Lundi en fait pour barrer la route à Zetchi d’être candidat unique, et pousser la commission de candidature à reporter l’AG élective de la FAF au 27 avril alors qu’elle était initialement prévue pour le 20 mars. Calcul d’épiciers et manigances de pros .

La commission a réagi sous la pression des présidents de club et des proches de Raouraoua qui avaient faut il le rappeler hué nom et celui de Madjer lors de l’AG ordinaire au centre technique de Sidi Moussa. En tant que candidat unique, le boss du Paradou AC avait toutes les chances de son coté pour se retrouver dans le costume de nouveau président de la FAF, même avec les 13 voix de son propre bureau, la majorité n’étant pas exigée. Et c’est à partir de là que la commission de candidature a décidé de reporter l’AGE.

Une décision bien sûr que le ministère de la Jeunesse et des Sports n’a pas admis et qu’il a rejeté en sommant la commission en question de maintenir la date initiale, à savoir le 20 mars. S’ensuivit la démission du SG de la FAF, suivie d’une menace inattendue de démission des membres de la commission de candidature. Le président de cette dernière, Ali Baâmeur a pour sa part disparu des radars et aurait même, selon une source digne de foi, refusé de répondre aux appels du MJS. Une aubaine pour des présidents de club qui ont enfin osé annoncer leurs candidatures respectives, en l’occurrence Abdelkrim Medouar, Mohamed Laib, Abdelhakim Serrar pour ne pas les citer, tous appâtés par l’argent de la FAF. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter