Nationale

#TITRE

416

Ça flambe à Bejaia

8 juin 2016 | 19:10
N. Bensalem.

La flambée des prix des produits agricoles frais est devenue une règle durant le ramadhan. Le reflexe des commerçants c’est de vendre beaucoup et plus cher pendant que des bienfaiteurs et d’autres âmes charitables font le bien en se solidarisant avec les nécessiteux par des actions caritatives, en leur offrant aides en produits alimentaires et viandes, etc.

Ainsi, c’est le cas de quelques produits dont la tomate, la courgette, la carotte, la laitue, etc. Au marché hebdomadaire de l’Edimco à Ihaddaden.

Ces produits sont fixés à 100 et 120 DA pour les deux premiers et entre 80 et 100 DA pour les deux seconds. Des prix beaucoup plus chers dans les magasins. Par contre, les prix de certains produits comme la pomme de terre, les oignons et le poivron, sont restés rationnels, à savoir entre 30 et 35DA, 25 et 35DA, 60 et 70DA. Des tarifs pratiqués dans les marchés évidement car, ceux des magasins sont plus élevés d’au moins 10 à 20%. 

S’agissant des coûts des viandes, ils varient entre 900 et 1400 DA pour la viande bovine et la viande ovine selon la partie que l’on choisit. Le poulet emballé est fixé entre 260 et 320 DA dans les magasins.

Son prix est différent d’une commune à une autre. Ceux des fruits restent très élevés par contre, surtout ceux de la banane (220 à 250DA), les pommes (300 à 350DA), la pastèque (45 à 60 DA) , les abricots (100 à 140DA), le melon (120 à 140 DA), les dattes de bonne qualité (600DA).

Et pour parer à la spéculation sur les prix, « Le marché du Ramadhan » préparé par la Chambre de commerce et d’industrie Soummam avec le concours de la direction des services agricoles et la direction du commerce et des prix sous le slogan un Ramadhan avec uniquement des produits algériens, a été inaugurée, officiellement, hier par le wali Béjaïa, en présence des directeurs concernés. 

Ce marché est abrité par l’ex-souk-el-fellah d’Ihaddaden et se veut, pour ses organisateurs comme un rempart contre les mauvaise pratiques commerciales dont la spéculation sur les prix durant ce mois sacré. On trouve sur ses étals des produits agricoles frais, des viandes, des produits laitiers, etc.

Concernant la viande de veau cédée dans les boucheries à l’extérieur entre 900 DA et 1200 DA, elle est proposée entre 750 et 850 DA alors que la viande hachée est affichée à 800 DA le kilo et la viande d’agneau est cédée à 1250 DA le kilo. Le poulet est affiché à 260 DA et les abats de poulets à 290 DA.

Les produits laitiers, l’eau minérale, les sodas et les pâtes et conserves, les détergents sont proposés aux clients à des prix légèrement en baisse par rapport à ceux qu’on trouve à l’extérieur. Pour ce qui est des prix des produits agricoles frais, il n’y a pas d’écart avec les produits pratiqués à l’extérieur. C’est le cas du poivron, la courgette, la carotte, etc. proposés au même prix que les magasins de fruits et légumes, soit à 120 DA le kilo, beaucoup plus cher que dans les marchés hebdomadaires. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter