Monde

#TITRE

520

Brahim Ghali à "Il Manifesto" : « Nous utiliserons tous les moyens légitimes »

31 janvier 2020 | 15:30
S.O. Brahim


Le président sahraoui, Brahim Ghali, a soutenu que le peuple sahraoui a perdu confiance dans les Nations unies parce qu’"elles n’ont pas fait preuve de suffisamment de fermeté face à l’intransigeance de l’occupant marocain", affirmant que les Sahraouis utiliseront tous les moyens légitimes pour parvenir à l’autodétermination.
Dans une interview accordée au Quotidien italien "Il Manifesto", le Président Ghali, Secrétaire général du Front Polisario a déclaré que "les jeunes ont perdu patience et ne sont pas seuls ... Tous les Sahraouis se sentent victimes d’un mensonge".
"Nous avons perdu confiance dans les Nations Unies parce qu’elles n’ont pas fait preuve de suffisamment de fermeté face à l’intransigeance du Maroc, perdant ainsi en crédibilité envers notre peuple qui avait fait confiance à l’ONU", a-t-il souligné.
Le peuple sahraoui dirigé par son seul représentant légitime, le Front Polisario, a ajouté M. Ghali, "utilisera tous les moyens légitimes pour atteindre ses objectifs. Sans exclure la lutte armée, comme un droit universellement reconnu pour les peuples qui se défendent d’une force coloniale d’occupation".
Le président Ghali a pointé du doigt le Conseil de sécurité qui "doit assumer ses responsabilités, imposer le mandat de Minurso, une mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental et, par conséquent, éviter un éventuel conflit qui déstabilise l’ensemble de la région".
Brahim Ghali qui a été réélu à son poste à l’issue du 15e congrès du Front qui s’est tenu du 19 au 25 décembre à Tifariti, dans les territoires libérés du Sahara occidental, avec la participation de plus de 2500 délégués, a rappelé que "le Front Polisario est un mouvement de libération nationale. Au cours de ces années, il a toujours maintenu son esprit révolutionnaire, nous avons connu de nombreuses transformations au niveau politique et social".
Abordant la résolution du Conseil de sécurité d’octobre dernier et l’impasse diplomatique après la démission de l’Emissaire, Horst Kohler en mai 2019, le Président Ghali a indiqué que "le jugement est totalement négatif : c’était une occasion manquée pour le Conseil de sécurité, car il n’a pas exercé la pression nécessaire pour faire respecter la légalité internationale".
Cette option, explique le président sahraoui, "est incluse dans le plan Minurso de 1991, la seule acceptée, signée et approuvée par les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc, et par le Conseil de sécurité. Ce qui manque, c’est la ferme volonté de ces derniers d’imposer l’application de cet accord. C’est une responsabilité de la communauté internationale".
 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter