Articles similaires

Nationale

#TITRE

335

Formé aux USA, il veut l’anglais

Bouzid veut radier le français de l’université

23 juillet 2019 | 13:00
Tayeb Bouzid Lynda Louifi

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tayeb Bouzid, n’a qu’une ambition en tête : radier la langue française du cursus universitaire. Motif ? La langue de Molière est inutile, soutient-il.
Pour marquer cette option, il a adressé une instruction aux recteurs leur enjoignant d’utiliser l’arabe et l’anglais dans les en-têtes de tous les documents administratifs.
Plus jamais aucun document ne doit être libellé en français. C’est ainsi qu’il compte renforcer l’usage de la langue de Shakespeare.
Dans son instruction, le ministre justifie cette mesure par le souci « d’encourager et consolider l’usage de l’anglais et donner de la visibilité à nos activités universitaires et de recherche scientifiques ». S’exprimant par ailleurs sur les ondes de la radio nationale, le ministre a expliqué que l’usage de l’anglais permettra à l’étudiant algérien de se positionner sur le marché international et lui ouvrira beaucoup d’opportunités jusque-là la inaccessibles. Tayeb Bouzid veut aussi renforcer la position des universités algériennes dans le classement mondial qui, selon lui, prend en considération l’utilisation de la langue anglaise. Le ministre a expliqué dans ce sens que « nos programmes sont affichés sur les sites internet en arabe et en français, or que personne n’utilise le français ».
A ce propos, il a ajouté que « le choix de la langue anglaise nous permettra d’attirer les étudiants étrangers, ce qui peut être utile pour la prise de contact avec nos étudiants dans un monde interconnecté ».
Il a ajouté que « les diplômes aussi, pour qu’ils aient une visibilité chez les multinationales, ce qui donnera plus d’opportunités à nos étudiants d’être actifs » a-t-il dit. Il faut dire que depuis le déclenchement du mouvement populaire le 22 février dernier, beaucoup de voix s’élèvent contre la langue de Molière et réclament son remplacement par la langue de Shakespeare. Le ministre Tayeb Bouzid est visiblement prêt à franchir le pas, en lançant d’abord un « sondage » d’opinion auprès de la communauté universitaire pour savoir s’ils sont favorables ou pas à l’usage de l’anglais au sein de l’université. Le sondage effectué sur les réseaux sociaux du ministère a montré que 94% ont voté en faveur de la promotion de la langue de Shakespeare, contre seulement 5,5 % qui étaient contre. Conforté par ces résultats virtuels, le ministre a transmis une note aux recteurs des universités afin qu’ils utilisent la langue anglaise et l’arabe sur les entêtes des documents des universités. Il est à noter que depuis sa nomination à la tête de ce département, Tayeb Bouzid, diplômé à Washington, milite pour la substitution du français par l’anglais.
Sur les réseaux sociaux, le ministre ne recourt plus au français pour sa communication avec les étudiants et les enseignants. En témoignent ses messages aux Algériens uniquement en arabe et en anglais à l’occasion de la fête de l’Aïd El Fitr, ou encore son discours prononcé le 15 juin dans les deux langues lors du lancement de sa page Facebook. Il est évident que la langue du business n’est autre que l’anglais. Toutefois, les bacheliers qui s’inscrivent pour la filière de médecine sont soumis à un test en français ce qui amena de nombreux internautes à s’interroger si la décision du ministre ne relève pas de la posture idéologique visant à brasser le soutien les anti-français dans la conjoncture que connait le pays depuis cinq mois.

Lynda Louifi

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter