Articles similaires

Nationale

#TITRE

691

Bouteflika annonce un nouveau modèle économique pour 2022-2030

25 janvier 2018 | 03:48


Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a annoncé la mise en place d’un nouveau modèle économique qui favorisera une croissance durable entre 2020-2030 et ne menacera pas les acquis sociaux, une option constitutionnelle irreversible.

Ce modèle sera axé sur la rationalisation macro-financière et de réformes structurelles pour réaliser l’objectif central de diversification des exportations et de pérennisation de la croissance. C’est ce qu’affirmé le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, dans une interview publiée dans le rapport 2017 de l’Algérie d’Oxford Business Group (OGB) rendu public hier.


Interrogé sur les étapes envisagée afin d’ancrer structurellement le pays sur la voie de l’émergence, le Président Bouteflika a indiqué que suite aux sérieuses difficultés en matière de finances publiques et de balance des paiements, « nous avons, bien sûr, pris la mesure de cette situation de crise de nos finances publiques et de nos ressources externes et également et de manière plus générale, des limites structurelles du modèle économique suivi ».


Les nécessaires ajustements qui sont apportés à la politique budgétaire, a soutenu le Chef de l’Etat, « ne sacrifient pas les principes de justice sociale et de solidarité nationale qui ont toujours guidé notre action, et ne se font pas au détriment du parachèvement du programme d’équipement public ».


Décidé de "rationaliser la dépense publique" pour non seulement retrouver progressivement l’équilibre des comptes mais également pour réduire la pression sur les ressources externes "en agissant de façon ordonnée sur le niveau général des importations de biens et services par la rationalisation et la lutte contre la fraude".


A ce propos, il a soutenu que les mesures de restrictions prises en ce domaine "ne constituent pas un retour à une gestion bureaucratique ni un renoncement à nos engagements internationaux".
"Cette rationalisation macro-financière sera accompagnée d’un programme de réformes structurelles à même de transformer notre économie et nous conduire à terme à la réalisation de l’objectif central de diversification de nos exportations et de pérennisation de la croissance", a-t-il expliqué.


A une question relative au nouveau modèle économique de croissance de l’Algérie, le Président de la République a avancé que l’implémentation de ce dernier "exige de profondes transformations structurelles" en vue d’assurer une croissance économique accélérée et une équité sociale affranchie de la dépendance des hydrocarbures.


Dans ce sens, il a précisé que le lancement de ce nouveau modèle de croissance permettra non seulement le retour à l’équilibre des comptes publics à brève échéance, mais surtout, sur la période 2020-2030, une augmentation de la croissance du PIB notamment hors hydrocarbures, d’un rythme de 6,5% en moyenne par an, une élévation sensible du PIB par habitant, le doublement à 10% de la part de l’industrie manufacturière dans la valeur ajoutée globale, une transition énergétique permettant de réduire sensiblement le taux de la consommation interne de l’énergie en consommant moins et mieux, et une diversification des exportations permettant de soutenir le financement de la croissance.


Interrogé sur les secteurs prioritaires afin d’accélérer la diversification de l’économie et les mesures prises pour encourager l’investissement, le Président Bouteflika a considéré que tous les secteurs d’investissement sont prioritaires lorsqu’ils contribuent à la diversification économique, à la substitution aux importations, au développement des exportations hors hydrocarbures, à l’innovation et à la création d’emplois durables.
C’est pourquoi, a-t-il ajouté, la priorité est de "stabiliser" le cadre juridique de l’investissement privé et d’assainir le climat des affaires pour donner plus de visibilité et de confiance aux investisseurs, qu’ils soient nationaux ou étrangers.


Citant également les actions d’ordre organisationnel et opérationnel destinées à soutenir et à faciliter l’acte d’investissement, le Chef de l’Etat a souligné que de manière générale, "nous continuerons à prendre toutes mesures qui facilitent la vie aux entreprises, qui les encouragent à investir dans les secteurs qui réduisent nos vulnérabilités ainsi que dans les secteurs d’avenir comme les énergies renouvelables, le numérique et l’économie de la connaissance".


S’agissant de la question particulière du partenariat public-privé, c’est une formule, a-t-il relevé, qui a ses avantages, notamment celui de permettre le recours à de nouvelles formes de gestion, d’association et de partenariat entre capitaux publics et privés, et de mobiliser des sources de financement alternatives au financement budgétaire que les pouvoirs publics comptent promouvoir à l’avenir.
« De manière générale, nous encourageons toute démarche de partenariat et de collaboration entre les entreprises publiques et les entreprises privées, nationales et étrangères, pour la réalisation de projets d’infrastructure ou de projets productifs dans tous les secteurs d’activités », a-t-il noté.
Sur ce point, il a fait valoir que le partenariat public-privé n’est pas nouveau en Algérie en précisant que dans le Rapport 2016 de la CNUCED sur le développement économique en Afrique, l’Algérie figure parmi les cinq premiers pays africains ayant eu le plus recours à ce type de partenariat durant les quinze dernières années.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter