Articles similaires

Nationale

#TITRE

597

Peste ovine : Bouazghi rassure et parle d’indemnisation

4 janvier 2019 | 21:54


Les éleveurs qui ont subi des pertes considérables suite aux épidémies ayant touché le cheptel seront indemnisés. C’est ce qu’a affirmé le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, qui a rassuré les éleveurs quant à la fourniture d’un vaccin pour le bétail ayant subi, au cours de ce mois, des maladies épizootiques.


Intervenant lors de sa visite de travail dans la wilaya de Djelfa où il a rencontré des éleveurs, le ministre a précisé qu’il « sera mis à la disposition des éleveurs au cours de ce mois un vaccin spécial pour les maladies épizootiques ayant touché dernièrement cette richesse animale ». Il a fait état de l’enregistrement d’environ 2 000 têtes décimées en raison de ces foyers d’épizootie. Une situation préoccupante pour les éleveurs qui sont dans l’attente de la réception des vaccins. Cependant le ministre, qui affirme que « la situation est sous contrôle », a indiqué qu’une « quantité de vaccins a été fournie dans ce sens permettant d’éradiquer le virus dans certaines wilayas ». « Une autre quantité sera fournie, au cours de ce mois, pour accomplir l’opération », a-t-il ajouté. Plus rassurant, il a fait part de l’intérêt que porte le gouvernement à cette situation. « Le gouvernement suit avec intérêt l’état d’avancement de cette épizootie, nous avons accéléré la mise en œuvre de plusieurs mesures », a-t-il signalé. Pour ce qui est de l’indemnisation, Bouazghi a indiqué que « dans de tels désastres, il y a une indemnisation à des degrés différents, selon l’âge du bétail. Quand les services vétérinaires constatent une perte, l’Etat soutiendra les éleveurs », a-t-il rassuré.


En ajoutant que « le complexe des viandes rouges à Hassi Bahbah est prêt à acquérir auprès des éleveurs les têtes d’ovins dont les viandes sont saines à consommer ». Dans le but d’endiguer l’épidémies le ministre a fait état d’une série de mesures consistant à demander aux walis des wilayas frontalières d’intensifier le contrôle sur le mouvement de tous les ovins à l’intérieur et à l’extérieur du pays, outre la décision de fermeture temporaire des marchés aux bestiaux et le contrôle de leur déplacement.


Le directeur des services vétérinaires au ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Hachemi Kaddour Karim, avait de son côté rassuré les éleveurs en précisant que « le ministre a ordonné l’accélération de l’achat du vaccin des petits ruminants, disponible auprès de tous les laboratoires, alors que celui de la fièvre aphteuse est disponible auprès des laboratoires internationaux spécialisés ». Il avait en outre indiqué qu’une enveloppe de 400 millions de dinars a été débloquée pour l’acquisition d’un vaccin contre la peste ayant touché les petits ruminants.


Les éleveurs ont, quant à eux, fait part de leurs préoccupations au premier responsable du secteur, notamment en ce qui concerne la protection de leur richesse animale, et ont réclamé une assistance dans les plus brefs délais pour éviter la perte de leur cheptel. A en croire le directeur de l’Espace vétérinaire algérien, Bendenia Saada dans sa déclaration en septembre 2018, faisant état de l’anéantissement du cheptel de 30% en quatre ans, notamment la filière de l’élevage bovin qui a été fortement touchée par la fièvre aphteuse, il y a de quoi être inquiet.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter