Nationale

#TITRE

312

Bensalah : s’opposer à ses désignations

11 juillet 2016 | 20:24
Djamel Zerrouk


Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a affirmé lundi à Alger que contester les prérogatives du président de la République concernant la désignation au titre du tiers présidentiel au sein du Conseil de la nation « est une transgression de la Constitution « , estimant qu’il s’agit là d’une « attitude inacceptable, voire immorale « .


Intervenant à la reprise des travaux du Conseil, M. Bensalah a précisé que les désignations au titre du tiers présidentiel au sein du Conseil de la nation entrent dans le cadre des prérogatives constitutionnelles « exclusives « du président de la République (article 118) qui a « le pouvoir de choisir la personne qu’il estime digne d’être nommée et quand doit se faire cette nomination « .


« Les propos désobligeants et les jugements dépourvus d’objectivité auxquels recourent certaines plumes pour s’attaquer à l’institution et ses membres (sans droit), imposent de rappeler à leurs auteurs la nécessité de respecter les règles de la déontologie de la profession et les clauses régissant la liberté d’expression ».


Après avoir souligné que son institution accepte la critique, M. Bensalah a insisté sur la nécessité que cette critique ne se transforme pas « en prétexte pour émettre des jugements non objectifs, impertinents, voire offensants... ».


Il a indiqué en outre que ces jugements « sont une atteinte à la liberté d’opinion même avant d’atteindre les personnes visées « , ajoutant que « les écarts de langage qui vont souvent jusqu’à la diffamation et l’offense sont en fait des comportements qui nuisent à la culture de la différence et à la liberté d’expression, voire à la pratique démocratique... ».


Le président de la Chambre haute du Parlement, faisait allusion à des médias dont il s’est gardé de citer le nom, pour la « propension « de ces derniers à s’attaquer « gratuitement « à certains nouveaux venus au Palais Zirout Youcef, dont l’ex-ministre du Tourisme, Amar Ghoul. L’ancien ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat a été nommé à cette fonction par le président Abdelaziz Bouteflika.


Après 17 ans de présence au gouvernement, où il entamé sa fonction de ministre à la tête du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques, Amar Ghoul avait pris en charge plusieurs départements dont celui des Travaux publics.


À 55 ans, il succède au général Mustapha Cheloufi, ancien secrétaire général du ministère de la Défense nationale, décédé le 16 mai dernier. Au nombre de 45, les sénateurs du tiers présidentiel sont nommés par le président de la République.


De nombreux ministres ayant exercé sous différents gouvernements au cours des quinze dernières années, à l’instar d’Aboubakr Benbouzid, Hachemi Djiar ou Nouara Djaafar, y siègent pour un mandat de six ans renouvelable. Selon une source bien informée, il reste encore un poste de sénateur vacant qui devra être pourvu très prochainement par la présidence.


Abdelkader Bensalah n’a pas omis de souligner que le Conseil de la nation reste fort et crédible dans la diversité qui caractérise sa composante, mais aussi dans le mode de sélection des membres de l’institution, indépendamment de leurs obédiences et de leurs spécialités professionnelles et de la richesse de leurs expériences personnelles.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter