Articles similaires

Nationale

#TITRE

100

Bensalah convoque le corps électoral

15 septembre 2019 | 20:23

Comme attendu, le Chef de l’Etat Abdelkader Bensalah a convoqué ce dimanche le corps électoral pour les élections présidentielles.

Le Chef de l’Etat a signé le décret portant convocation du corps électoral pour une élection présidentielle le 12 décembre prochain. Avec cette convocation, le Chef de l’Etat fixe ainsi la date du scrutin pour jeudi 12 décembre 2019, soit dans moins de 90 jours.

Il s’agit de la troisième convocation du corps électoral en neuf mois. Pour rappel, c’est l’ex président déchu, Abdelaziz Bouteflika, qui avait décidé de briguer un cinquième mandat, qui signa un décret portant cette convocation, vers la mi-janvier 2019. Un mois plus tard, un mouvement populaire spectaculaire a émergé dans le pays, contestant ouvertement, et pacifiquement, le régime politique de Bouteflika et de ses alliés, parmi les partis, la Centrale syndicale et les patronats. Des manifestations monstres ont eu lieu chaque vendredi, revendiquant le changement du système de gouvernance et appelant aux jugements des pontes du régime, notamment des ministres et des hauts fonctionnaires de l’Etat. Ces marches ont provoqué un véritable séisme dans le pays, poussant Bouteflika à déposer sa démission.

Mais c’est encore au tour du chef de l’Etat, qui a pris la relève, selon les dispositions de la Constitution, à savoir le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, de signer une seconde convocation du corps électoral en avril dernier. Le vote devrait avoir lieu au début du mois de juillet, mais il sera encore une fois annulé, faute de candidats, selon les explications fournies par le Conseil Constitutionnel.

A cette époque, des partis politiques et des acteurs de la société civile revendiquaient une démarche différente pour la tenue des élections, notamment la présidentielle. La crise s’enlise quelques semaines, avant que la hiérarchie militaire ne fasse la pression pour dégager une voie consensuelle. Il aura fallu créer aux forceps une commission, dite panel, composée de plusieurs personnalités et des experts ou juristes, qui relança le dialogue avec les formations politiques, les syndicats, les organisations de la société civile, le mouvement associatif et des intellectuels du monde universitaire et culturel. C’est ce panel qui au bout d’un mois a remis à la présidence le rapport final de sa mission. Finalement, les deux principales revendications de l’opposition et du mouvement populaire ont été adoptées rapidement et promulguées en toute urgence : une Autorité nationale indépendante chargée des élections, et le régime électoral. C’est avec ces adoptions de ces deux textes de lois, après un passage presque sans examen au niveau des deux chambres parlementaires, que le chef de l’Etat re-convoque le corps électoral pour une autre présidentielle qui se tiendra avant la fin de l’année, en cas d’un premier tour seulement.

Hier dans la soirée, Bensalah a fait un discours, dans lequel, il expliqua les raisons de cette décision et appela les citoyens à participer massivement au scrutin, à se mobiliser davantage pour la défense des acquis de la nation, de sa stabilité et de sa sécurité.

Au début du mois, le vice-ministre de la Défense, chef d’état-major, le général de Corps d’armée, Gaid Salah avait suggéré la date du 15 septembre, la qualifiant « judicieuse » pour la convocation du corps électoral.

Avec cette décision, le processus vers le scrutin est en marche et il ne reste plus que des détails et des mécanismes qui seront à la charge exclusive de la nouvelle Autorité nationale, présidée par Mohamed Charfi, ex-ministre de la Justice et garde des Sceaux.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter