Articles similaires

Nationale

#TITRE

195

Bengrina se voit déjà Président

21 septembre 2019 | 18:55

La course à la magistrature suprême s’annonce ouverte, pour le moment, à une vingtaine de candidats, parmi eux des néophytes et des lièvres habitués de ce genre d’échéances, qui ont, d’ores et déjà, procédé au retrait des formulaires de candidature pour la présidentielle du 12 décembre prochain.

Entrant en lice parmi les premiers candidats, Adbelkader Bengrina, président du mouvement El-Bina, a laissé entendre, lors d’une rencontre ce samedi à Alger, qu’il est impatient d’entamer la campagne électorale. Animé d’une « grande confiance en soi », l’ancien ministre du Tourisme a indiqué qu’il « participe à ces échéances cruciales muni de la résolution de poursuivre le chemin parcouru tout au long du Hirak et dans la logique de rompre avec le despotisme et la corruption ». Le désormais candidat à la candidature à la présidentielle affiche son optimisme et pense mener avec succès la compétition vers le palais d’El Mouradia, surtout après le soutien indéfectible du Madjlis echoura de sa formation politique. « Aucun candidat ne nous fait peur, nous allons participer avec la certitude de remporter les élections » a-t-il affirmé. Pour cet ancien membre du Conseil national de transition en 1994 et militant du MSP proche du défunt Mahfoudh Nahnah, « il est primordial de réinstaurer la confiance entre le peuple et les institutions de l’Etat afin de pourvoir construire l’Algérie de demain ».

Bengrina promet « un programme riche ». « Si nous n’avions pas un programme riche sur tous les plans, politique, économique et social, nous n’aurions pas exprimé notre intention de participer à la prochaine présidentielle, car les échéances d’une telle envergure exigent des candidats d’être à la hauteur de cette responsabilité et il ne s’agit nullement d’une mascarade », dit-il.

il également évoqué les garanties d’un scrutin libre et démocratique, affirmant que « nous sommes des partenaires de ce pays, nous considérons que les élections sont la meilleure solution pour sortir de la crise que traverse notre pays et que les garanties de la transparence du prochain scrutin sont la poursuite du mouvement populaire pacifique, les membres de l’autorité nationale des élections censés faire leur travail de manière indépendante, ainsi que la mise à l’écart de Bedoui et autres noms appartenant à l’ancien régime, dont le maintien au gouvernement exacerbe la tension sur la scène nationale ».

Selon le président du mouvement El-Bina, l’armée a un rôle à jouer dans le scrutin du 12 décembre en tant que garante de son intégrité et de sa transparence. Et de déclarer à ce propos : « L’institution militaire garantira la transparence des élections en faisant barrage aux manœuvres frauduleuses du pouvoir. » Estimant que « l’armée a déjà accompagné le peuple pendant toute la vie du hirak en lui assurant la sécurité, mais aussi par la satisfaction de certaines des revendications populaires, tel le départ de l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et le transfert des dossiers de corruption à la justice ».

En réponse à une question relative à l’interdiction de déplacement vers la capitale pour manifester le vendredi, le président du mouvement El-Bina s’est contenté de dire que « son parti est pour la liberté de mobilité des personnes et des biens », soulignant son soutien à ce mouvement populaire pacifique et ses slogans prônant le patriotisme et l’amour de son pays.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter