Articles similaires

Nationale

#TITRE

156

Benflis depuis Tlemcen : « La participation aux élections pour éteindre la fitna »

17 novembre 2019 | 19:05


Le candidat à la présidentielle du 12 décembre prochain, Ali Benflis a appelé de Tlemcen à la participation à cette élection, afin "d’éteindre le feu de la Fitna et éviter l’aggravation de la crise que vit l’Algérie".


Lors de son premier meeting populaire, animé à la maison de la culture Abdelkader Alloula, à l’occasion du lancement de la campagne électorale, M. Benflis a affirmé que "l’Algérie vit une crise multidimensionnelle et une fitna (discorde) qu’il faut éteindre, à travers la participation à l’élection présidentielle", ajoutant que "la non-tenue de cette élection aggravera la crise socioéconomique".


"Cette présidentielle ne sera pas exemplaire, vu la conjoncture actuelle, mais elle sera acceptable", a estimé le candidat, ajoutant que "des élections exemplaires se tiendront à l’avenir".


Le président du parti Talaie el Hourriyet a dit s’être présenté à la présidentielle pour "éteindre le feu de la fitna et instaurer un système démocratique avec une nouvelle constitution qui limite les prérogatives du président de la République et du chef du gouvernement, à condition que ce dernier fasse partie de la majorité parlementaire ou d’une alliance de partis".


Le candidat a évoqué les principaux volets de son programme électoral qui comporte "la définition des prérogatives du parlement qui sera légitime et indépendant, avec la relance des enquêtes parlementaires et la consécration du rôle de l’opposition pour mettre fin au monopole de la majorité", promettant "constitutionnaliser les auditions parlementaires des membres du gouvernement".


Il s’engage également à œuvrer pour "garantir l’indépendance de la justice, une justice qui obéit à la loi et à la conscience et dirigée par une instance indépendante", activer le rôle de la Cour des comptes, la libérer et lui attribuer des prérogatives à travers un contrôle en amont et en aval des dépenses publiques".


De même qu’il promet de "libérer les médias, notamment publics qui ne seront plus un outil de propagande mais seront libres de rapporter les faits de la société, de faire entendre la voix du peuple, toutes franges et obédiences confondues y compris l’opposition"


et de "promulguer une loi, approuvée par les professionnels de l’information, qui consacre la libéralisation du secteur, dans le respect de la déontologie professionnelle".


S’agissant du volet économique, Benflis propose de "rationnaliser les dépenses et de baisser le budget de fonctionnement de 20%, de récupérer 80% des impôts qui ne sont pas versés régulièrement au Trésor de l’Etat, d’améliorer le climat des affaires, de libérer le foncier industriel, de mettre fin à la politisation de l’activité économique, de lutter contre la bureaucratie et de créer des partenariats entre les investisseurs nationaux ainsi qu’avec des investisseurs étrangers".


Concernant "l’urgence sociale", M. Benflis promet de "consacrer les libertés et de respecter les droits de l’Homme", appelant à "créer une commission des droits de l’Homme gérée par des personnalités indépendantes connues pour leur défense des principes et droits de l’Homme".


Durant le meeting, des dizaines de citoyens se sont rassemblés à l’extérieur de la maison de la Culture, brandissant les mêmes slogans scandés, chaque vendredi, à l’instar de "Silmya (pacifique), nos revendications sont légitimes" et "Algérie libre et démocratique".

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter