Articles similaires

Nationale

#TITRE

463

Bedoui accuse les réseaux criminels d’inciter les jeunes à quitter le pays

17 février 2018 | 00:27


Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a dénoncé l’existence de réseaux criminels activant via les réseaux sociaux pour inciter les jeunes à quitter le pays, en contrepartie de sommes importantes, à bord d’embarcations. « Les services de sécurité ont réussi, dans le cadre des mesures prises pour faire face à l’émigration clandestine, à arrêter les personnes impliquées dans cette affaire, avant de les présenter à la justice », a-t-il révélé avant-hier lors d’une séance plénière du Conseil de la nation consacrée aux questions orales. Il a assuré que le contrôle des locaux de vente d’équipements de navigation et des chantiers de construction de bateaux et d’embarcations a été renforcé à cet effet. Le ministre a considéré par ailleurs que la lutte contre ce phénomène est une question qui concerne l’ensemble de la société et pas uniquement les autorités publiques. « Sans écarter la responsabilité et le rôle clé des autorités publiques dans la lutte contre ce fléau, la famille a un rôle important à jouer, tout comme l’université, la mosquée et l’école qui ont la responsabilité d’immuniser et de prémunir la société contre ce risque », a-t-il dit.


Il a affirmé à cet effet que les pouvoirs publics entendent travailler en étroite collaboration avec la société civile pour l’intensification des campagnes de sensibilisation contre le péril de l’émigration clandestine, tout en se penchant sur les préoccupations des jeunes, notamment en matière d’emploi et de logement.


 


Pour Bedoui, il y a des mesures incitatives dans ce sens qui ont permis d’obtenir des résultats positifs, se traduisant par un « recul sensible ces derniers temps du nombre de tentatives à la migration clandestine. « En dépit de ces résultats, la lutte contre ce phénomène implique d’autres mesures que le gouvernement s’attèle à mettre en œuvre », a-t-il dit. Toutefois, le ministre n’a pas avancé de chiffres permettant d’appréhender le phénomène de la « harga » en Algérie et de vérifier s’il y a réellement un recul effectif de l’émigration clandestine des Algériens. Les statistiques du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) indiquent que 6 397 Algériens sont arrivés illégalement en Europe par la Méditerranée entre janvier et la fin d’octobre 2017. Entre juillet et septembre, les Algériens faisaient partie des cinq principales nationalités d’arrivants après la Syrie, le Maroc, le Nigeria et l’Irak, selon les sources onusiennes. La société civile et les organisations nationales des droits de l’homme s’inquiètent, en convergeant sur le fait que ce fléau, qui s’étend au mineurs et aux femmes, traduit un malaise social chez les Algériens qui fuient le chômage et la précarité, en traversant la mer au péril de leur vie, avec l’illusion d’un avenir meilleur.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter