Opinions

#TITRE

940

Beaucoup de guerres pour rien

2 août 2018 | 04:15
Mohamed Nazim Aziri

Assistons-nous à un changement de paradigme dans la doctrine américaine en matière de politique étrangère ? Une chose est certaine, l’approche de Donald Trump laisse croire que les choses ont beaucoup changé. Peut-être pas dans le discours outrecuidant et résolument menaçant du locataire du bureau ovale, notamment à travers ses fameux tweets où l’insulte côtoie, sans complexe les propos officiels. 
En revanche et sur le terrain, c’est la voie de la négociation et du dialogue qui semblent l’emporter. Car qui aurait cru il y a un an, qu’un président américain, allait s’attabler avec le chef de l’État nord-coréen ? Pourtant cela s’est bien produit et a donné lieu à un grand moment historique entre les deux pays.

Les talibans, un autre « ennemi » des États-Unis. Là aussi, nous sommes très loin de 2001, quand Bush fils a lancé sa guerre dévastatrice en Afghanistan, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. La presse internationale a rapporté cette semaine, qu’une rencontre a été tenue courant juillet, entre une délégation conduite par Alice Wells, sous-secrétaire d’État adjointe chargée de l’Asie du Sud et du Centre et des représentants des talibans à Doha. 

Selon un responsable taliban, qui dit avoir fait partie de la délégation de quatre personnes envoyée par l’organisation afghane, placée sur la liste officielle des organisations terroristes par plusieurs pays, la rencontre a donné des "signaux très positifs" et s’est déroulée dans une "atmosphère amicale". Selon cet interlocuteur, dont les propos sont rapportés par l’agence Reuters : "Il y a une série de rencontres destinées à initier des pourparlers officiels, réfléchis. Nous sommes convenus de nous revoir bientôt et de résoudre le conflit afghan par le dialogue".

La voie du dialogue qui semble être privilégiée aussi par les États-Unis dans un autre dossier très sensible, au sein de l’administration américaine. Car au moment où les tensions entre Washington et Téhéran semblaient au plus haut ces dernières semaines, notamment après l’échange très tendu entre Hassan Rohani et Donald Trump, le président des États-Unis a surpris tout le monde, en proposant de lancer des discussions avec l’Iran. Pour bon nombre d’observateurs, il n’ y a pas doute, Trump semble vouloir ouvrir la porte à des discussions au plus haut niveau, sans conditions préalables avec ce pays.

Dans un tweet posté mardi soir le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif écrivait : "Les menaces, sanctions et effets d’annonce ne fonctionneront pas". En ne fonctionneront peut-être jamais dans un monde qui change et dicte ces nouvelles lois qui ne laissent aucune place au monopole américain fortement bousculé par l’émergence d’une Russie qui défie militairement l’OTAN dans ses traditionnels espaces d’influence, et sérieusement inquiété par une Chine devenue première puissance économique mondiale.

Après plusieurs années de guerres "chaudes" et froides inutiles, de conflits dévastateurs, fruit d’une hégémonie dépassée par le temps, les puissants de ce monde se sont-ils rendu à l’évidence que beaucoup de guerres comme le bruit ne servent à rien. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter