Culture

#TITRE

262

Au jardin de la ferronnerie

14 mai 2017 | 19:49
R. C

La ferronnerie d’art, de par sa large gamme d’objets et d’accessoires, intéresse de plus en plus les Algérois ces dernières années.

Pour l’artisan en ferronnerie d’art à Alger, M. Belahcen Merzouk, « ce métier à la fois artisanal et artistique offre une large gamme de choix aux clients qui commencent à introduire le fer forgé dans le décor de leur maison tant à l’intérieur qu’à l’extérieur », rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Pour cet artiste, il s’agit de sculpter le fer transformé en matière maniable pour lui donner la forme voulue en s’appuyant, en premier lieu, sur son imagination. Ayant exposé récemment à Riadh El Feth à Alger, il a évoqué les difficultés à s’approvisionner en matière première.

Cet artisan a commencé son activité en 2008, il a expliqué qu’il existe « un réseau » de vente de ferraille dans les wilayas de Tizi Ouzou, Boumerdes, Blida et dans plusieurs communes d’Alger à l’instar de Reghaia, Oued Semar, Eucalyptus et Ruisseau où le kilogramme est écoulé à 120 DA. Il a affirmé que ces prix ont tourné dans les années précédentes autour de 30 DA, ils sont aujourd’hui en constante hausse.

Il a alors précisé qu’il est dans l’obligation d’acheter de grandes quantités de différents volumes pour ses réalisations artistiques. Au sujet de la nécessaire adaptation aux bourses des clients, il a affirmé qu’il est contraint de s’orienter vers des créations de décors plus accessibles et de formes modernes comme les miroirs, les lampadaires et les lustres, les tables, les chaises et les fauteuils.

Aussi, il y a d’autres conceptions « moins communes » qui ne sont pas accessibles à tout un chacun, à l’instar d’une sculpture de tête de cheval – 45 kg – mise en vente à 50.000 DA. De telles œuvres dont la réalisation peut durer jusqu’à six mois, sont des pièces uniques.

Cet artisan participe aux expositions organisées périodiquement par la Fédération nationale des artisans ou par des établissements culturels, il expose le plus souvent à l’esplanade de la Grande poste.

Relevant la cherté des loyers dans les centres commerciaux, il déplore l’impossibilité de louer. Par conséquent, il a converti le jardin de sa maison, à Dar El Beida, en atelier. Belahcen Merzouk demeure l’un des rares artisans – trois seulement dans la wilaya d’Alger – à exercer la ferronnerie d’art, selon Reda Yaïci le président de la Fédération des artisans et de l’artisanat qui relève de l’Union générale des commerçants et des artisans algériens.

Ce dernier a estimé que « cet art unique en son genre » mérite des espaces d’exposition fixes pour le promouvoir auprès des touristes nationaux et étrangers. Il a rappelé que la wilaya d’Alger a promis récemment de réserver des locaux aux artisans dans la vieille Casbah et ses alentours.

M. Yaïci a fait également état d’un accord avec le wali délégué de Bab El Oued pour l’exploitation des assiettes récupérées après l’effondrement de vieilles bâtisses en espaces d’exposition et en ateliers, ils constitueront un trait d’union entre les jeunes, les artisans et les centres de formation. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter