Nationale

#TITRE

3219

Attentat à la pudeur sur un enfant dans un hammam à Blida

6 août 2016 | 12:22
Yazid B.

Le criminel est âgé de 40 ans, divorcé et père de 2 enfants. Il travaille comme masseur (kiyess) dans un célèbre hammam à Blida, connu par toute la population blidéenne de Sauna Yassa. Le père, C. N., immigré en Belgique, est venu à Blida il y a de cela une semaine pour assister au mariage de sa cousine.

Fatigués après la fête, il a décidé de prendre un bon bain en compagnie de son fils, âgé de 9 ans, le petit C. D. ; histoire d’apprendre à son fils les traditions du pays, d’autant plus que cela faisait 6 ans qu’ils n’y étaient pas venus. Mais alors que le père était occupé à se laver, après être passé au massage, il y a eu une coupure d’électricité en ce mardi soir, 2 août. 

Profitant de l’obscurité, le masseur a insisté auprès du père pour s’occuper du petit. « Devant l’insistance de ce monsieur, je me suis dit que le pauvre voulait peut-être gagner une vingtaine de dinars en plus, alors je l’ai autorisé à prendre son gant (kassa) et à laver mon fils », nous a expliqué le papa dans tous ses états. Ce n’est qu’après avoir terminé que le petit raconta à son papa ce que lui avait fait faire l’employé du hammam. Ce sont des scènes que nous ne pouvons décrire tellement elles sont ignobles et obscènes.
Alerté par son fils, le papa a alors demandé aux responsables du hammam le numéro de téléphone de la police mais on refusa de le lui communiquer. « Les responsables du hammam m’ont dit ne pas connaître le numéro de la police », a poursuivi le père.

« Ils sont même allés jusqu’à me dire que c’est un père de famille, que c’était là une erreur et qu’il fallait savoir pardonner. J’ai compris alors qu’ils voulaient protéger leur commerce. Alors, j’ai pris mon téléphone et c’est grâce à l’Internet que j’ai pu avoir le numéro de la police que j’ai appelée immédiatement »
Selon le père de ce petit enfant, la police n’a pas tardé à arriver. Au commissariat, le mis en cause a avoué et reconnu son crime. Il a mis ça sur le dos du diable. Présenté le lendemain, soit mercredi, devant le tribunal de Blida, et jugé le jour même, il a été placé en détention en attendant le verdict qui sera prononcé le 10 de ce mois.

Rappelons que le représentant du ministère public avait requis une peine de 10 ans de prison ferme. Quant aux propriétaires du bain, ils ont été convoqués par la justice, et alors que nous mettons sous presse, ils n’ont pas daigné se présenter.

Pour sa part, le hammam a été mis sous scellés jusqu’à conclusion de l’enquête. Avant de quitter le père de la victime qui nous a raconté sa mésaventure, nous avons été choqués de l’entendre dire qu’il ne remettrait plus jamais les pieds en Algérie. Et ce à cause de certaines personnes qui font fuir les Algériens de leur propre pays.
La juge a toutefois recommandé aux parents de faire suivre leur enfant par un psychopédiatre.

Le père a contacté les services diplomatiques du royaume de Belgique en Algérie, lesquels lui ont conseillé de rentrer en Belgique et d’y déposer plainte. Le risque d’un incident diplomatique peut être provoqué par un pervers. Cela risque surtout de marquer un enfant à vie.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter