Nationale

#TITRE

178

Atteinte à la réserve foncière : le procès El Bouchi renvoyé au 9 février

19 janvier 2020 | 14:30
Redouane Hannachi


Après avoir fait le tour de plusieurs magistrats dont certains ont été promus et d’autres mutés lors du dernier mouvement, le dossier en appel du narcotrafiquant Kamel Chikhi alias « Kamel El Bouchi », et des 12 autres prévenus, a été confié à la seule présidente de chambre qui n’a pas été touchée par l’opération, pour être remis en fin de compte à un conseiller promu président.
Cette affaire est donc renvoyée au mois de février prochain.
Pour rappel, le président du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’Hamed a prononcé, le 12 juillet dernier des peines de quatre à dix ans de prison ferme contre 12 inculpés, et prononcé une seule relaxe.
Les inculpés ont été reconnus coupables de plusieurs chefs d’inculpation retenus contre eux au cours de l’instruction judiciaire, entre autres trafic d’influence, corruption et utilisation de la profession à des fins personnelles. 
Ils ont été reconnus coupables d’avoir transformé les structures dans lesquelles ils travaillaient en administrations ambulantes. Tous, sans exception, se rendaient dans le bureau du « Boucher » munis des documents et cachets humides qu’il exigeait.
Parmi les mis en cause figure l’ex- chef de service de l’urbanisme de la commune de Kouba, D.H, incarcérée à El Harrach. Elle a été condamnée à quatre ans de prison ferme.
Le juge a condamné « Kamel El Bouchi », reconnu coupable de corruption d’un agent public et incitation au trafic d’influence, à 10 ans de prison ferme assortis d’une amende de 100 millions de dinars, avec interdiction d’exercer ses droits civils et civiques durant 5 ans après l’expiration de la peine prononcée contre lui.
Le président a par ailleurs prononcé des peines de 8 ans de prison ferme assortis d’une amende d’un million de dinars contre Mohamed Taghboult, Ammar Hamoudi, Lyes Ziouch, Mohamed Ghaboub et Mohamed Tayebi ; deux autres peines de 5 ans de prison ferme et un million d’amende ont été prononcées contre Tahar Amir, Benkrid, Djaouida Harizi et Benkrid Mohamed, 6 ans de prison ferme assortis d’une amende d’un million de dinars contre Reguig Noureddine. Les autres prévenus, Laloui Djamel et Brahimi ont été, quant à eux, condamnés à 4 ans de prison ferme et à une amende d’un million de dinars, alors que Kamel Yacef a été relaxé.
Les prévenus, qui occupaient des postes de responsabilité dans différentes structures chargées de l’urbanisme de la wilaya d’Alger à Kouba, Hussein Dey, Bouzaréah, Ain El Benian, Chéraga, Bir Mourad Rais et Draria ont été condamnés par ailleurs à payer 5 000 DA de dommages au Trésor public.
Appelé à la barre pour donner sa version, Kamel Chikhi a tout nié.
Prenant la parole la parole le représentant du ministère public Mohamed El Hadi Chalbi a dressé un dur réquisitoire, estimant que toutes les preuves relatives aux accusations sont formelles, notamment l’intention de percevoir des pots-de-vin par les mis en cause.
Il a requis 10 années de prison ferme assortis d’une amende d’un million de dinars contre Kamel Chikhi pour avoir « corrompu un agent public » et « incité au trafic d’influence ».
 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter