Articles similaires

Nationale

#TITRE

232

Arrestations d’opposants et de manifestants

16 septembre 2019 | 21:26

Sortant de son silence, le Parti de la liberté et de la justice (PLJ) de Mohamed-Saïd Oubelaïd a condamné dimanche les arrestations opérées parmi les opposants politiques et les militants du Hirak.

« Le Conseil national exprime son refus des restrictions sur l’activité des partis politiques et des associations de la société civile, ainsi que les arrestations de militants politiques », estime un communiqué du parti.

Le PLJ considère ces arrestations « comme une escalade dangereuse qui n’aide pas à asseoir un climat de confiance et d’apaisement nécessaire pour l’organisation d’élections présidentielles libres, honnêtes et transparentes », et a dénoncé l’arrestation de Karim Tabbou, militant politique et porte-parole du parti de l’Union démocratique et sociale (UDS, non agréé).

« Quels qu’en soient les motifs, l’Algérie a dépassé l’ère de l’emprisonnement d’un citoyen en raison de ses opinions et de ses positions politiques », ajoute le parti, avant de souligner que son « Conseil national appelle à respecter le droit constitutionnel de ce militant ainsi que celui de l’ensemble des autres détenus à un procès équitable qui leur assure les garanties nécessaires pour se défendre et prouver leur innocence devant l’opinion publique ».

Les restrictions sur les libertés individuelles et collectives,

notamment la liberté d’opinion et de la presse, inquiètent également le parti de Mohammed Saïd, qui les considéré comme un échec de la pratique démocratique pourtant protégée par la Constitution.

Dimanche, vingt-deux personnes, arrêtées vendredi 13 septembre lors de la manifestation pacifique à Alger ont été placées sous mandat de dépôt par le tribunal de Sidi M’Hamed, selon plusieurs avocats de la défense.

« Mandat de dépôt pour les 22 manifestants qui ont comparu devant le procureur et le juge d’instruction du tribunal de Sidi M’hamed », a confirmé le Comité national pour la libération des détenus d’opinion (CNLD). « Ils sont accusés par le procureur du tribunal d’incitation à l’attroupement, atteinte à la sécurité de l’État, incitation à l’attroupement en utilisant les réseaux sociaux », a ajouté le CNLD.

« Les accusés ont été présentés au procureur qui a renvoyé le dossier au juge d’instruction. Ce dernier a décidé de placer le premier, le deuxième puis le troisième accusé sous mandat de dépôt. Au bout de la troisième décision, la défense, composée de plus de 30 avocats, a décidé de se retirer parce que nous sommes contre l’utilisation de la justice à des fins politiques », a déclaré Me Djamel Benyoub, membre du collectif des avocats de la défense.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter