Regionale

#TITRE

897

Appui à la participation des femmes dans les assemblées

15 mai 2016 | 20:28
N. Bensalem.

Les 122 femmes élues (dont 15 APW) de la wilaya de Béjaïa ont pris part hier et pour une durée de quatre jours à une formation sur le renforcement des capacités des femmes élues dans les assemblées communales et de wilaya. La rencontre a été organisée à la salle des congrès de la wilaya. 

Elle entre dans le cadre d’un projet de coopération initié entre le programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le ministère de l’Intérieur et des Collectivités et aussi dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du projet d’appui à la participation effective et durable des femmes dans les assemblées élues signé le 3 novembre 2013 entre l’Assemblée populaire nationale, le ministère des Affaires étrangères et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le royaume de Norvège, etc. ». 

Cette formation d’« appui à la participation effective et durable des femmes dans les assemblées élues » est axée sur des sujets liés à l’apprentissage dont « la démocratie participative, la communication politique, la décentralisation et les services publics de proximité et la communication et les catastrophes naturelles ». 

Dans son intervention, le chef de l’exécutif de la wilaya M. Oued Salah Zitouni a souligné que « cette rencontre va apporter des résultats très intéressants en matière de formation des élues sur la gestion des affaires locales et va aider ces dernières à mieux appréhender les préoccupations citoyennes et par conséquent leur prise en charge ».

Mme Christina Amaral, représentante du PNDU et coordinatrice du SNU en Algérie, estime que « cette formation va renforcer la présence de la femme au niveau des assemblées élues » relevant par la suite « une avancée considérable en matière de représentativité de la femme dans les assemblées locales, une avancée qui résulte des différents mécanismes et autres mesures prises par l’Etat Algérien pour la promotion du rôle de la femme et son émancipation dans le domaine de la politique ».

Pour elle, « le quota ne doit pas être une fin en soi, mais il faut qu’elle ait la parole ». Elle rappellera par la suite que « la représentation de la femme dans les différents Parlements dans le monde ne dépasse pas en moyenne les 21% alors qu’elle est de l’ordre de 31% en Algérie ».

Ce qui place l’Algérie à la 26e place dans le monde et à la première loge parmi les pays arabes. Elle a souligné que « l’Algérie contribue aux efforts nationaux pour la consolidation de l’État de droit en soutenant la mise en œuvre des programmes de réformes institutionnelles en cours, au travers d’actions de renforcement des capacités des institutions nationales ainsi que des associations de la société civile ».

Pour des femmes élues ayant participé à ces ateliers de formation, « cette formation est très intéressante et aurait été plus intéressante si elle était intervenue au début de notre mandat ».

Mme Fatiha Hamrit, directrice de la gouvernance locale au ministère de l’Intérieur, a fait observer que « cette session de formation va relever les performances des élues locales sur le plan de gestion, dans le cadre de la décentralisation et de la modernisation de l’administration locale, afin de mieux répondre aux attentes des citoyens et améliorer le service public de proximité ».

Il s’agit aussi dit-elle, d’« encourager la femme à investir la vie politique et promouvoir ses droits au niveau des directions politiques dans le poste de leadership et à s’engager dans les compétitions électorales, parlementaires et locales. Ali Rabhi, P/APW, dira de son côté : « Cette formation peut être un catalyseur et ouvrir la voie à une affirmation très intéressante du rôle de la femme dans la gestion des affaires locales ». 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter